Le gouvernement supprime la coupure d'accès à internet

Le gouvernement supprime la coupure d’accès à internet

Le décret supprimant la peine de suspension de l’accès à internet a été inscrit ce mardi 9 juillet 2013 au Journal Officiel. L’amende de 1500 euros est maintenue, mais les abonnés pourront conserver l’accès à internet.

Publié le 9 juillet 2013 - 10:34 par La rédaction

Le décret d’application abrogeant la coupure d’accès à internet en cas de téléchargement illégal a été publié au Journal Officiel. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait annoncé il y a quelques semaines la publication rapide de ce décret. Le principe de l’amende de cinquième classe (1500 euros) reste inscrit dans la loi sur le fondement de l’ infraction de négligence caractérisée, et pourrait être renforcé à l’avenir par le projet de loi issu du rapport Lescure. Seule la suspension de l’accès à internet disparaît.

Hadopi

Hadopi

Voici le décret :

Décrets, arrêtés, circulaires

TEXTES GÉNÉRAUX

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION

Décret n°2013-596 du 8 juillet 2013 supprimant la peine contraventionnelle complémentaire de suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne et relatif aux modalités de transmission des informations prévue à l’article L. 331-21 du code de la propriété intellectuelle

NOR : MCCB1314581D

Publics concernés : personnes titulaires d’un accès à un service de communication au public en ligne, opérateurs de communications électroniques.

Objet : infraction de négligence caractérisée ; abrogation de la peine complémentaire de suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne ; modalités de transmission des informations nécessaires à l’identification des abonnés.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Notice : le présent décret abroge le III de l’article R. 335-5 du code de la propriété intellectuelle. Seule une peine d’amende contraventionnelle de 5e classe pourra désormais être prononcée pour l’infraction de négligence caractérisée prévue à ce même article. Le décret précise également les modalités de transmission sécurisée des informations nécessaires à l’identification des abonnés.

Références : les dispositions du code de la propriété intellectuelle modifiées par le présent décret peuvent être consultées, dans leur rédaction issue de ces modifications, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).

Le Premier ministre, Sur le rapport de la garde des sceaux, ministre de la justice, et de la ministre de la culture et de la communication,

Vu le code de la propriété intellectuelle, notamment ses articles L. 331-21, L. 335-7-1, R. 331-37 et R. 335-5 ;

Vu la loi n° 2009-1311 du 28 octobre 2009 relative à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet, notamment son article 13 ;

Vu le décret n° 2010-236 du 5 mars 2010 modifié relatif au traitement automatisé de données à caractère personnel autorisé par l’article L. 331-29 du code de la propriété intellectuelle dénommé « Système de gestion des mesures pour la protection des œuvres sur internet », notamment son article 8 ;

Le Conseil d’Etat (section de l’intérieur) entendu,

Décrète :

Art. 1er. − Au premier alinéa de l’article R. 331-37 du code de la propriété intellectuelle, après le mot :

« Communiquer », sont insérés les mots : «  par une interconnexion au traitement automatisé de données à caractère personnel mentionné à l’article L. 331-29 ou par le recours à un support d’enregistrement assurant leur intégrité et leur sécurité, ».

Art. 2. − Le III de l’article R. 335-5 du même code est abrogé.

Art. 3. − Le présent décret est applicable sur l’ensemble du territoire de la République, à l’exception de la

Polynésie française.

Art. 4. − La garde des sceaux, ministre de la justice, et la ministre de la culture et de la communication sont chargées, chacune en ce qui la concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Loi Hadopi

Loi Hadopi

La parution du décret au JO intervient alors qu’un internaute venait d’être condamné à 600€ d’amende et 15 jours de suspension d’accès internet pour avoir téléchargé illégalement des contenus.

Publicité

Ailleurs sur le web