LinkedIn, le réseau social professionnel compte 238 millions de membres à son actif dans le monde. Il s’est imposé comme une référence en la matière. Samedi 21 septembre, il a été accusé par un collectif d’utilisateurs mécontents, d’abus de confiance et traîné en justice en Californie. On lui reproche de s’être servis des adresses de messagerie externes de membres à des fins marketing en accédant à leur liste de contacts personnels. Des invitations en leurs noms auraient été diffusées à de nombreux non-membres pour faire la promotion du réseau social.

LinkedIn dément ces accusations

Le réseau social dément les accusations non fondées visant selon lui à le discréditer. Il affirme ne pas accéder aux comptes de messagerie de ses utilisateurs sans leur autorisation. Blake Lawit, directeur en charge du contentieux chez LinkedIn a affirmé que « les allégations selon lesquelles nous piratons ou nous nous introduisons dans les comptes de nos membres sont fausses »[…] « Nous ne nous introduisons jamais dans les comptes des membres sans leur permission explicite ». Il s’est expliqué et a conclu en précisant que ces accusations sont sans fondement. Qui dit vrai, nous le saurons prochainement car la partie plaignante a contacté un juge fédéral de San José en Californie. Cette dernière réclame les bénéfices générés par l’utilisation de leur carnet d’adresses pour la promotion du réseau social professionnel aux non-membres, ainsi que l’arrêt définitif de cette pratique frauduleuse. LinkedIn se dit prêt à affronter les accusations et à se battre selon son porte-parole Doug Madey.

La Justice Américaine
La Justice Américaine tranchera…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here