Les appli de santé collectent des informations privées: la Cnil réagit

Les appli de santé collectent des informations privées: la Cnil réagit

Les wearables et autres objets connectés sont en plein essor. Les concepteurs de ces applications peuvent collecter une multitude de données à votre égard. La CNIL réagit et s’inquiète sur les dérives possibles.

Publié le 21 mai 2014 - 14:23 par François Giraud

Avec le développement des vêtements connectés, des montres, bracelets et aux objets permettant de recevoir des applications sportives, de santé et de bien-être, de plus en plus d’utilisateurs enregistrent des informations intimes. Ces données appelées « quantified self« , qui permettent de vous évaluer et de vous « quantifier » sont autant d’informations qui peuvent par la suite être exploitées à votre insu. C’est pourquoi la CNIL réagit, s’inquiète et tient à prévenir les utilisateurs.

Des données intimes non protégées

Les données collectées par les applications ne sont pas protégées. La CNIL surveille de très près les données fournies par les appareils connectés. Avec l’essor des smartphones et des applications censées vous apporter une aide précieuse pour faire un régime ou effectuer un diagnostic de vos constantes vitales (tensiomètre, fréquence cardiaque, oxymétrie, IMC), peu de personnes ne savent vraiment ce que deviennent leurs données, une fois intégrées dans la base de données des développeurs d’applications. Il est désormais possible de connaître de nombreux paramètres de la vie privée d’un individu. En 2017, une personne sur deux qui disposera d’un smartphone aura installé au moins une application dédiée à la santé ou au bien-être. L’objectif pour la CNIL, outre la prévention, est de garantir la vie privée des  utilisateurs qui sont au nombre de 3,4 milliards dans le monde.

Advertisements

Ailleurs sur le web