Lizard Squad : un Finlandais de 17 ans condamné pour 50 700 cyberattaques

Lizard Squad : un Finlandais de 17 ans condamné pour 50 700 cyberattaques

Un jeune Finlandais de 17 ans du groupe Lizard Squad a été condamné à une amende et de la prison avec sursis pour avoir réalisé plus de 50 000 cyberattaques entre 2012 et 2013.

Publié le 9 juillet 2015 - 15:46 par François Giraud

Un jeune Finlandais du groupe de hackers Lizard Squad condamné

Les faits remontent aux années 2012 et 2013. Le jeune Julius Kivimaki, actuellement âgé de 17 ans a perpétré 50 700 cyberattaques alors qu’il n’avait que 15 ans. Ce jeune Finlandais portant le pseudo de « Zeekill » vient d’être condamné par la justice de son pays deux ans d’emprisonnement avec sursis et à rendre 6 588 euros d’amende qu’il avait acquise grâce au piratage.

C’est la BBC qui rapporte ces informations. Le jeune homme a été poursuivi pour 50 700 actes de cyberattaques et a été accusé de fraude, harcèlement et violation de données. Les hackers et activistes du groupe Lizard Squad sont bien connus des gamers. Leurs attaques visent les plateformes de jeux vidéo mais également le PlayStation Network ou encore le Xbox Live. Les joueurs se souviennent certainement que ce dernier a été bloqué durant plusieurs heures, à maintes reprises par ce groupe de hackers.

imagoid

Publicité

Le jeune Finlandais qui vient d’être condamné à deux ans de prison avec sursis et une amende, sévissait sur les plateformes de Sony et de Microsoft. Il avait fait une apparition sur la chaîne américaine SkyNews pour exprimer les revendications du Lizard Squad, mais moins méfiants que les autres hackers, il s’est fait interpeller et conduit devant la justice Finlandaise. Ses agissements ont fait perdre des dizaines de millions de dollars au groupe de Redmond, à Sony et à des dizaines d’autres entreprises. Son affiliation au groupe de hackers Lizard Squad n’a pas été mentionnée par le justice lors de son procès.

Parmi les actes réalisés, on retrouve du détournement de fonds, du harcèlement téléphonique, du vol de données ou encore de l’espionnage industriel. Le tribunal Finlandais ne l’a pas emprisonné et lui a demandé, durant les deux années de sursis qu’il doit purger de combattre la cybercriminalité pour le compte de son pays, une sanction utile et surement plus formatrice pour lui.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *