Qualcomm écope d’une amende de 865 millions de dollars en Corée du Sud

Pour avoir violé les lois antitrust, le fondeur Qualcomm vient d’être condamné à payer une amende de 1 030 milliards de wons, soit 865 millions de dollars en Corée du Sud. C’est la Korea Fair Trade Commission (KFTC), l’autorité de la concurrence en Corée du Sud qui a infligé cette lourde amende au fabricant de microprocesseurs pour avoir réalisé des pratiques commerciales déloyales. Bien évidemment, Qualcomm a indiqué vouloir faire appel de cette décision.

snapdragon-600px

C’est la première fois qu’une amende d’un tel montant est infligée par la Korea Fair Trade Commission. Il est reproché à Qualcomm d’abuser de sa position dominante et d’avoir imposé aux fabricants de smartphones à payer des royalties pour pouvoir utiliser des brevets qui n’ont rien à voir avec les puces commercialisées. Le groupe aurait également limité l’acquisition de brevets nécessaires concernant les puces modem à divers groupes tels qu’Intel, MediaTek ou encore Samsung Electronics.

Ce n’est pas la première fois que le groupe américain Qualcomm est dans la ligne de mire des autorités de la concurrence. Le géant des microprocesseurs s’était retrouvé accusé par la Commission Européenne pour pratiques anticoncurrentielles en 2014. La Commission Européenne soupçonnait Qualcomm d’abus de position dominante sur le marché des processeurs mobiles. Les accusations portées la Commission européenne concernaient l’utilisation abusive de certains brevets ainsi que des pratiques anticoncurrentielles notamment au niveau des tarifs. Ces pratiques auraient pour objectif de bloquer l’essor de la concurrence sur le marché.

490_1kenwestphotography_business_qualcomm_mollenkopf_28

Steve Mollenkopf, DG de Qualcomm

En 2015, c’est l’Empire du Milieu qui accusait Qualcomm de pratiques anticoncurrentielles et d’abus de position dominante avec violation des lois antitrust. La Chine avait infligé une amende de 975 millions de dollars  Qualcomm. Chaque année, Qualcomm fait l’objet de poursuites pour violation de brevets, mais devra cette fois payer une lourde amende de 1 030 milliards de wons, ce qui représente 865 millions de dollars à la Corée du Sud. Les enjeux peuvent être importants car les licences et brevets relatifs aux smartphones représentent environ 30% du prix de ce dernier ce qui est considérable.

Qualcomm vient de faire appel de la décision de la Korea Fair Trade Commission, estimant que les pratiques réalisées ne sont pas nouvelles et sont pratiquées dans le reste du monde. Avec de telles affirmations, le groupe pourrait pâtir d’une image plutôt négative, au moins en Corée du Sud, ce qui ne l’arrangera pas, sachant que son principal concurrent dans le pays, Samsung, est très apprécié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here