Mariage Orange-Bouygues Telecom : l'Etat a des objectifs incompatibles avec le projet

Mariage Orange-Bouygues Telecom : l’Etat a des objectifs incompatibles avec le projet

Le gouvernement ne s’oppose pas à l’union des deux opérateurs mais Stéphane Richard, PDG d’Orange attend l’accord de ce dernier.

Publié le 16 février 2016 - 15:19 par François Giraud

Union Orange-Bouygues Telecom : l’Etat doit encore se prononcer

Orange voudrait s’allier avec l’opérateur Bouygues Telecom. Les discussions auraient nettement avancé lors de ce weekend de la Saint Valentin, mais l’alliance commence à tarder. Les deux opérateurs doivent déjà s’entendre avec les autres opérateurs, Free Mobile et SFR, qui feront l’acquisition d’une partie de Bouygues Telecom, mais également s’entendre avec l’Etat, actionnaire d’Orange. Ce dernier ne s’opposerait cependant pas au mariage des deux opérateurs Orange et Bouygues Telecom.

Rappelons également que l’Etat, actionnaire du groupe Orange, ne veut pas voir sa part être inférieure à moins de 21%. Bpifrance et l’Agence des participations de l’Etat détiennent respectivement 9,6% et 13,45% du groupe Orange, soit un total de 23%. Pour maintenir trois sièges au conseil d’administration, ils ne veulent pas descendre en dessous de 21% de participation. Et le problème se situe à ce niveau. Stéphane Richard, PDG d’Orange a déclaré ce mardi, alors qu’il présentait les résultats financiers de son groupe pour l’année écoulée, que les objectifs de l’Etat seraient incompatibles avec le projet.

Orange_logo

Publicité

Des représentants de l’Etat souhaiteraient que la participation de Bouygues Telecom ne soit pas supérieure à 10% tandis que les deux opérateurs se seraient accordés sur 12% de participation. De plus, l’Etat souhaiterait conserver une participation de l’ordre de 21% minimum ce qui paraît incompatible selon le PDG d’Orange, Stéphane Richard. La fusion pourrait encore attendre plusieurs semaines. Bouygues Telecom pourrait obtenir une participation comprise entre 10% et 15% au capital de l’opérateur historique en cédant sa filiale télécoms à ce dernier. Stéphane Richard a également indiqué « qu’il n’est pas envisageable de s’éloigner beaucoup de la valorisation de 10 milliards d’euros évoquée par Bouygues Telecom ».



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *