Messagerie instantanée : Google veut séduire les marchés émergents

Messagerie instantanée : Google veut séduire les marchés émergents

Le monde de la messagerie instantanée est en mouvement. Après Yahoo et Facebook, c’est Google qui pourrait proposer une nouvelle application de messagerie instantanée mobile pour les smartphones sous Android One et se positionnerait sur les pays émergents.

Publié le 6 octobre 2014 - 16:19 par François Giraud

Proposer une messagerie instantanée sur Android One

Yahoo! a récemment annoncé le rachat de MessageMe et surtout de ses talents et souhaiterait prendre une participation au sein de la messagerie éphémère Snapchat, Facebook vient de recevoir l’autorisation de la Commission Européenne pour une acquisition de WhatsApp. Désormais, c’est Google qui pourrait proposer une messagerie instantanée mobile, pour les pays émergents. Une application qui prendrait place au sein des smartphones tournant sous Android One. Un service qui pourrait faire de l’ombre à WhatsApp sur les marchés émergents.

Google pourrait lancer une messagerie pour des smartphones sous Android One
Publicité

Google pourrait lancer une messagerie pour des smartphones sous Android One

Se développer sur les marchés émergents

The Economic Times indique que Google pourrait dévoiler un service de messagerie instantanée pour concurrencer WhatsApp, Viber et autres messageries. Le journal indique que le projet n’en serait qu’à ses débuts mais qu’il pourrait voir le jour en 2015 et prendra la forme d’un service indépendant ne nécessitant pas d’avoir un compte Google pour l’utiliser. Les pays émergents seraient la cible de cette messagerie instantanée et plus particulièrement l’Inde, un pays où WhatsApp est très présent avec 65 millions d’utilisateurs. Google pourrait proposer son nouveau service au sein des smartphones sous Android One, des mobiles qui se développent dans les pays émergents comme l’Inde et ceux du sud de l’Asie. Google en profiterait pour concurrencer directement WhatsApp, une application qu’il a souhaité racheter pour la somme de 10 milliards de dollars, mais il avait essuyé un refus.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *