Android aussi est un smartphone-mouchard et enregistre les déplacements de ses utilisateurs

Android aussi est un smartphone-mouchard et enregistre les déplacements de ses utilisateurs

Tout comme iOS 4 sur l’iPhone, Android enregistrerait également les
données de géolocalisation recueillies sur les smartphones présents sur
le marché mais dans une proportion moindre.

Publié le 22 avril 2011 - 11:57 par La rédaction

Android collecte les données de positionnement et trace son utilisateur
L’iPhone n’est pas le seul à collecter et stocker les données de géolocalisation (Apple : l’iPhone espionne tous nos faits et gestes). Magnus Eriksson, un développeur suédois cité par l’édition en ligne du quotidien britannique The Guardian vient de mettre à jour un processus semblable présent sur les smartphones Android. En effet, le système d’exploitation mobile de Google enregistrerait également les données relatives aux différentes positions du smartphone dans le temps et dans l’espace.

Google Nexus S
Le smartphone Google Nexus S, ambassadeur d’Android serait-il un espion ?

Un léger historique des antennes relais conservé par Android
Mais alors que les données stockées sur l’iPhone permettent de suivre son utilisateur en remontant jusqu’à un an en arrière, l’historique Android reste plus léger. Un fichier spécifique, accessible uniquement sur les smartphones routés (ouvrant les droits d’administrateur à son utilisateur et permettant l’installation d’applications non signées) enregistrerait la position et l’heure de connexion aux 50 dernières antennes-relais rencontrées par le smartphone. De même avec les 200 derniers réseaux Wi-Fi détectés.
Les chiffres sont à relativiser puisque dans les grandes villes il existe plusieurs milliers d’antennes-relais et de réseaux Wi-Fi. A Paris, par exemple, plus de 2000 antenne-relais sont en fonction ce qui représente plusieurs dizaines voire centaines d’antennes-relais croisées par un utilisateur se déplaçant durant toute une journée.

La CNIL intervient
La question qui brule les lèvres est de savoir si ces données sont transmises vers des serveurs d’analyse. Google exploite-t-elle ces enregistrements à des fins d’optimisation marketing ? Pour le moment, les experts se contredisent dans des interviews accordés à la presse internationale. En France, l’affaire relève de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) qui, selon Le Figaro, devrait entrer en contact avec Apple prochainement afin de clarifier la situation concernant l’iPhone. Google et les responsables Android pourraient être les prochains sur la liste.

En attendant, l’application android-locdump permet d’extraire les données stockées sur les terminaux Android et de les modéliser. La procédure et le code sont disponibles pour les utilisateurs avancés ici : https://github.com/packetlss/android-locdump.

Advertisements

Ailleurs sur le web