Test de Photosynth : la photo panoramique automatisée sur iPhone

Test de Photosynth : la photo panoramique automatisée sur iPhone

Microsoft a porté sa solution de création de visites virtuelles et de panorama, Photosynth, sur iOS. L’application prend le contrôle des opérations et fait la part belle au partage. Alors, les automatismes de prise de vue fonctionnent-ils ? Quelle qualité d’assemblage attendre de Photosynth ? Passé le partage, quelle est l’utilité de cette iApp ?

Publié le 28 avril 2011 - 15:45 par La rédaction

Microsoft Photosynth sur iOS : la visite virtuelle automatisée

Photosynth pour iOS, dont nous avons parlé ici la semaine dernière, permet d’assembler des photos entre elles jusqu’à
obtenir un panorama fermé, à 360° et même de capturer la sphère
complète à 360×180° pour une visite virtuelle intégrale. L’originalité de cette petite application gratuite réside dans son fonctionnement et c’est là son réel point fort : vous n’avez rien ou pas grand-chose à faire si ce n’est orienter votre iPhone dans la bonne direction en suivant les indications que Photosynth vous affiche à l’écran et dès que c’est bon, l’appareil déclenche tout seul, et ainsi de suite. Vous visualisez facilement les zones non encore capturées. L’application combine les informations des images environnantes avec l’image vue par le capteur et les informations des gyroscopes du smartphone et ça marche. Ca marche même diablement bien ! Aussi simple que ludique, l’application semble fonctionner toute seule et vous êtes un simple opérateur. Le mode de prise de vue donne un aperçu des progrès réalisés en matière d’intelligence logicielle et une bonne idée de ce qui nous attend dans les années à venir… et tout ça sur un simple téléphone !

Le processus de prise de vue assisté, un jeu d’enfant grâce à la technologie mise en oeuvre par Microsoft.

Comme d’habitude, l’application vous demande si elle peut utiliser vos données de géolocalisation. L’intérêt de Photosynth réside également dans le fait de géotaguer automatiquement vos panoramiques.

Dans les zones qui manquent de matière, comme le ciel, Photosynth n’arrive pas à ajuster les zones de recouvrement, ce qui est logique, mais l’application propose alors de forcer la prise de vue en débrayant l’automatisme. Si l’image coïncide, le collimateur central passe au vert et l’iPhone prend la photo. Si ce n’est pas le cas, il passe du jaune au rouge et vous pouvez reprendre la main ou revenir sur une zone plus texturée pour aider Photosynth à s’y retrouver.

Une fois la capture terminée (c’est vous qui décidez de la zone à capturer : panorama, 360°, sphère complète…), vous appuyez sur terminer et l’iPhone mouline quelques instants pour assembler les nombreuses photos. Vous pouvez mettre cette tâche en pause pour la réaliser plus tard si vous avez besoin de votre iPhone.

En cours d’assemblage, le panorama est représenté avec les différentes vues qui le composent. Ici, on remarque un joli trou dans la zone du ciel qui n’a pas été capturée.

Photosynth : partage des panoramas

Ensuite… on partage ! C’est le but de cette application : le partage. Vous ne pouvez pas exporter le panorama vers votre pellicule et encore moins une visite virtuelle complète que l’iPhone ne saurait pas lire autrement qu’avec Photosynth. Vous pouvez exporter sur Facebook ou sur le site participatif Photosynth qui fait ensuite le lien avec Bing Maps, le concurrent Microsoft de Google Maps.

Après l’assemblage, le temps du partage….

Une fois la visite virtuelle assemblée, Phosynth permet de choisir la
vignette qui la représentera dans l’album Photosynth ou sur les sites
de partage (Photosynth, Facebook, Bing Maps).

Quelle qualité d’assemblage ?

Les ingénieurs ont tout misé sur la facilité opératoire de Photosytnth qui est d’une aisance déconcertante et fait office de vitrine technologique pour Microsoft. La qualité d’assemblage de tous ces clichés, quant à elle, est… pour le moins décevante. Ghosting, répétition de sujets proches des zones de recouvrement entre deux images, nombreux collages approximatifs, horizon coupé, etc… ce n’est pas du grand art. De même, la règle de base de l’harmonisation de l’exposition et de la colorimétrie entre les différentes prises de vues d’un même panorama sont bafouées et le logiciel ne semble pas décidé à uniformiser tout cela. C’est du travail bâclé que fait le logiciel d’assemblage Photosynth, travail bien moins soigné que ce qu’offre Autostitch pour iPhone que nous avions testé également. On aurait aimé que Microsoft demande quelques conseils à la fine équipe de développeurs de chez Kolor, éditeur rhônalpin d’Autopano pro, logiciel de création de panoramas par assemblage, sorti dans une nouvelle version récemment, la V2.5.

Vue de loin, le panorama créé par Photosynth fait illusion….

… mais en se penchant sur les détails, on est loin de l’orfèvrerie !

La facilité de prise de vue fait oublier la règle de base lors de la photographie panoramique : faire pivoter l’appareil autour de son objectif (ici l’iPhone 4 autour de sa lentille), et non autour de nous. Même si cette procédure est décrite dans l’aide de Photosynth, le système assisté n’invite pas vraiment à respecter cette règle immuable.

Des concessions sur la qualité, un outil à la portée de tous

Passé la déception de l’assemblage, on reste positif quant à Photosynth dont la facilité d’accès sur un smartphone et l’aisance d’utilisation sont sans égal. S’il sera quasiment impossible de faire du grand art avec Photosynth, ce qui ne semble pas être sa vocation, plutôt que de photographier, il permet de capturer. Capture à 360×180° réalisée, l’application exploite la connectivité de l’iPhone pour partager sur Facebook ou Photosynth et Bing Maps, qui vise à devenir une panoramathèque mondiale de référence. Sur le site Photosynth, vous pouvez gérer vos panoramas en autorisant, ou non, le référencement sur Bing Maps, mais aussi enrichir la visite virtuelle de photos que vous pouvez placer à certains endroits très simplement une fois encore. Pour visualiser les panoramas Photosynth, il faut avoir préalablement installé le plug-in Silverlight.

Photosynth reprend les données de géolocalisation pour positionner votre visite virtuelle sur une carte comme ici sur photosynth.net.

Hélas pour certains, Microsoft n’a pour l’heure sorti que la version iOS de Photosynth mobile qui tourne sur iPad 2, iPhone 3Gs ou iPhone 4 et iPod Touch. Les utilisateurs Android et WP7 devront attendre encore un peu.

Microsoft met clairement un outil dans les mains des utilisateurs dont la gratuité et la facilité d’utilisation sont une invitation à la prise de vues de panorama et visites virtuelles. Chacun se transforme alors en petit opérateur qui vient enrichir la base de données de Photosynth et Bing Maps dans un mode participatif où la paternité et les copyrights sont aux abonnés absents. Mais avec la piètre qualité d’assemblage de Photosynth, difficile de produire une oeuvre….

Télécharger gratuitement Photosynth sur iTunes.

Advertisements

Ailleurs sur le web