Panasonic G3 vs G2, nouvelle interface : le grand ménage

Panasonic G3 vs G2, nouvelle interface : le grand ménage

Le Panasonic G3 remplace le G2 et gagne 25% sur son volume. Mais ce gain de compacité, accompagné d’une simplification de l’interface physique du Micro 4:3 s’est opérée au prix de nombreux boutons et commandes. Faisons l’état des lieux.

Publié le 24 mai 2011 - 14:26 par La rédaction

Lors de l’annonce du G3 par Panasonic, nous titrions « Panasonic G3 : le G2 passé au rabot, vidéo Full HD et AF éclair« . Ce coup de rabot a été assez brutal sur la façade supérieure du compact hybride et a forcé les ingénieurs Panasonic à redistribuer les cartes sur la façade arrière. Voici le bilan des changements opérés, moins anodins qu’il n’y paraît : le Lumix G change de cible.

La bague de gauche : disparue sur le Panasonic G3

La bague située sur la gauche du boîtier du G2 servait à régler l’autofocus, priorité visage, etc…. Elle a disparu, tout comme le taquet sous la bague qui permettait de choisir entre l’autofocus continu, vue par vue et la mise au point manuelle. Ce sera un parasite de moins pour les utilisateurs les moins expérimentés, mais cet ensemble de commandes fera certainement défaut aux utilisateurs avancés.

Panaosnic G2
Le haut du G2, une interface « experte »….

panasonic G3
… laisse place à une interface simplifiée sur le G3.

La bague de commande : simplifiée à outrance

On respire : Panasonic a tout de même conservé l’accès via la bague de commande aux modes PSAM. Les victimes de cette simplification sont les modes résultats (portrait, sport, paysage…). Il est vrai que l’on compte de plus en plus sur l’automatisme de détection du mode scène… Par contre, l’utilisateur gagne un mode « customisé » supplémentaire qui compte désormais deux emplacements personnalisables : C1 et C2. Plus gênant, la commande de motorisation, placée sous la bague du G2, disparait sur le G3. On pouvait auparavant opter pour le mode rafale, vue par vue ou activer le retardateur via ce petit taquet pratique. C’est fini. Enfin, pour terminer le tour du dessus de l’appareil, notez que le déclencheur vidéo a quitté le voisinage du déclencheur photo pour retrouver la façade arrière. On préfère souvent une zone bien distincte pour le lancement de la vidéo de la zone du déclencheur classique.
panasonic G2 vs G3

Le G3 en haut vs le G2 en bleu : les commandes jouent aux chaises musicales.

Façade arrière : on rebat les cartes

La façade arrière du G3 a récupéré quelques commandes qui étaient situées
sur le dessus du G2 comme la commande du retardateur qui a pris la
place du bouton « Fn » programmable du G2, bouton « Fn » qui cohabite avec
la commande « display » sur le G3. La touche film du G2 est devenue la touche du
choix de la zone AF sur le G3. Enfin, le déclencheur vidéo revient sur
la façade arrière, un choix plus logique, mais au prix de la touche de
mémorisation de l’exposition / mémorisation de la mise au point, un bouton qui pourrait faire défaut à  première vue, mais qui est avantageusement remplacé par la commande tactile qui permet de décider où faire la mise au point et sur quelle zone concentrer l’exposition du bout du doigt, pratique.
Vous noterez également la disparition du capteur d’oeil qui permettait au G2 de passer de l’écran au viseur quand vous approchiez votre oeil de l’oeilleton et vice versa.

Disparition de boutons sur le Lumix G3 : à qui profite le crime ?

Mais est-ce vraiment un crime ? Clairement, Panasonic se tire une balle dans le
pied avec cette nouvelle interface quand on pense aux utilisateurs
aguerris, mais sont-ils finalement la cible du G2 ? Ce lifting de
l’interface montre que non : les utilisateurs plus exigeants seront
gentiment orientés vers le GH2
qui reprend l’interface plus traditionnelle, plus complète, et offre
également le multiaspect : vous pouvez changer de ratio (4:3 à 3:3,
etc…) sans perdre en définition, atout du G2 et GH2 qui disparaît sur
le G3. Par contre, le G3 est un excellent deal commercial avec un prix
de vente de 599 euros en boîtier nu quand le GH2 est vendu 999 euros
Panasonic a visiblement beaucoup appris des fabricants traditionnels de
reflex numériques qui privent souvent certains modèles de quelques
détails ergonomiques (deuxième roue codeuse, testeur de profondeur de
champ…) pour orienter le client exigeant vers le modèle vendu bien plus cher et
créer un effet de gamme qui fait que quand on entre dans un magasin
pour acheter un Canon EOS 1100D, on ressort avec un EOS 60D….


En savoir plus sur le Panaosnic Lumix DLC-G3.

Advertisements

Ailleurs sur le web