Ondes radio : selon l'indice DAS, l'iPhone est dans la moyenne du classement

Ondes radio : selon l’indice DAS, l’iPhone est dans la moyenne du classement

L’indice DAS, ou indice d’absorption spécifique, permet aujourd’hui de
comparer les taux d’émission d’ondes radio des différents mobiles et
smartphones proposés sur le marché, iPhone y compris.

Publié le 6 juin 2011 - 13:17 par La rédaction

Classement des smartphones par indice DAS

A l’heure où les téléphones mobiles sont pointés du doigt à cause de leur émission d’ondes radio, des indications et recommandations plus ou moins efficaces sont adressées au grand public : l’indice DAS, ou indice d’absorption spécifique, est l’une des principales mesures prises par les autorités afin de limiter le risque d’exposition aux radiofréquences. Exprimé en watts par kilogramme, cet indice mesure le niveau des ondes radio émises par un téléphone portable. Aux Etats-Unis, l’indice DAS doit être inférieur à 1,6 W/Kg pour un gramme de tissu tandis qu’en Europe, ce même indice mesuré pour 10 grammes de tissu, ne doit pas dépasser 2 W/Kg.

Voici une liste non exhaustive des smartphones les plus populaires, classés selon la valeur de leur indice DAS (W/Kg) :
Samsung Galaxy S : 0,27
Samsung Galaxy S II : 0,34
HTC Desire S : 0,35
Google Nexus S : 0,50
HTC 7 Mozart : 0,54
HTC Wildfire S : 0,90
iPhone 4 : 0,93
LG Optimus 7 : 0,94
Nokia N8 : 1,02
iPhone 3GS : 1,10
Motorola Defy : 1,09
BlackBerry 9700 : 1,18
LG Optimus Black : 1,27
BlackBerry 3G 9300 : 1,45
HTC Desire Z : 1,6

Le Samsung Galaxy S se classe donc parmi les bons élèves tandis que les BlackBerry Bold 9700 ou 3G 9300 arrivent en queue de peloton. L’iPhone, quant à lui, reste à l’écart des extrémités du classement et se positionne dans la moyenne, avec un indice DAS deux fois moins élevé que la limite maximale autorisée. A noter également que l’iPhone 4 semble légèrement moins puissant que l’iPhone 3GS.

L’OMS classe le mobile comme peut-être cancérogène pour l’homme

A la fin du mois de mai à Lyon, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a réuni des experts du monde entier afin de constituer un groupe de travail chargé de rassembler et examiner les études scientifiques concernant la dangerosité potentielle de l’usage du téléphone mobile. Il en est ressorti que le téléphone mobile est peut-être cancérogène pour l’homme. L’appareil a par conséquent été classé par l’OMS dans le groupe 2B, groupe des produits et substances « peut-être cancérogènes pour l’homme ». « Les preuves, qui continuent à s’accumuler sont assez fortes pour justifier une classification au niveau 2B. […] Il peut y avoir un risque et nous devons surveiller de près le lien entre les téléphones portables et le risque de cancer« , explique Jonathan Samet, président du groupe de travail. En France, le Criirem (Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques) avait déjà publié début 2010 une série de recommandations : les 12 bons conseils du Criiem.

Advertisements

Ailleurs sur le web