RSF s’interroge sur le rôle de BlackBerry dans les enquêtes policières
Les smartphones BlackBerry auraient servi de moyens de communication lors des récentes émeutes au Royaume-Uni et pourraient aider les autorités britanniques à retrouver les personnes impliquées. Patrick Spence, directeur général des ventes chez RIM a promis publiquement la collaboration de l’entreprise canadienne avec la police après les incidents.
L’organisation non gouvernementale internationale oeuvrant pour la défense et la liberté de la presse, Reporters sans frontières, s’inquiète et s’interroge sur la collaboration du fabricant canadien RIM (BlackBerry) avec les forces de l’ordre afin d’identifier les personnes impliquées dans les émeutes au Royaume-Uni : « Quelles seront les conséquences de cette coopération sur le respect de la vie privée des utilisateurs des BlackBerry et sur leur droit à échanger de l’information librement sans contrôle ni entrave ? », demande RSF dans un communiqué repris par l’AFP.

BlackBerry Messenger 6


BlackBerry Messenger, le messager des émeutiers ?

L’application de messagerie instantanée BlackBerry Messenger (http://fr.blackberry.com/services/blackberrymessenger/, pour plus d’informations) est au coeur de l’affaire pour avoir servi de moyen de communication aux émeutiers possédant des smartphones BlackBerry, selon les autorités britanniques. BlackBerry Messenger aurait ainsi servi à l’organisation des groups d’émeutiers et les forces de l’ordre comptent en tirer profit lors des enquêtes. Dans la mesure où le système de messagerie BlackBerry est fermé et crypté, on peut s’interroger sur la légitimité de la police à empiéter sur cet espace privé : « Si la transmission de données est suivie d’arrestations, il conviendra de s’interroger sur la validité des preuves fournies, et la légalité de leur acquisition », estime RSF. Affaire à suivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here