Google annonce le rachat de Motorola
Lundi 15 août, Google annonce son intention d’acquérir Motorola Mobility, la branche de l’entreprise américaine spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de terminaux mobiles, contre la somme de 12,5 milliards de dollars soit près de 8,7 milliards d’euros. Google proposera un prix de 40 dollars par action soit 63% de plus que le cours de l’action au moment de l’annonce. Cette opération devrait être conclue début 2012, après validation par les autorités de régulation américaines.
Au début de l’année, Motorola a scindé ses activités en deux branches créant ainsi Motorola Solutions et Motorola Mobility, cette dernière étant en charge de la fabrication de produits électroniques. Le Motorola Droid (Motorola Milestone en France), par exemple, fait partie avec le Samsung Galaxy S d’un club très restreint de smartphones qui a fortement contribué au développement d’Android dans le monde ces derniers mois (voir Le Motorola Droid et le Samsung Galaxy S propulsent Android).

Motorola Milestone

Le Motorola Droid/Milestone, premier smartphone Android faisant partie d’une lignée de terminaux à succès chez Motorola.

Google et Microsoft changent les règles du jeu
L’opération servirait à renforcer la position d’Android, système d’exploitation ouvert destiné aux smartphones et maintenant aux tablettes, lancé par Google en 2007. Mais avec ce rachat, le géant du web met la main sur 25 000 brevets technologiques. Cette acquisition arrive aussi en réponse au récent partenariat conclu entre Nokia et Microsoft autour de Windows Phone 7, nouveau système d’exploitation lancé par l’éditeur américain, concurrent direct d’Android, qui a donné lieu à un investissement d’environ 1 milliard de dollars de la part de Microsoft.

Google/Motorola, une histoire de brevets
Le géant du web indique vouloir pousser Motorola à continuer son activité de façon indépendante tout comme la plateforme Android continuera à être proposée aux autres fabricants, sous licence et en tant que logiciel ouvert. Google pourrait profiter en revanche des 25 000 brevets (dont 7500 en attente de validation) appartenant à Motorola dans plusieurs domaines de l’industrie électronique grand public, allant des smartphones aux décodeurs TV. Google serait ainsi mieux préparé à la guerre juridique toujours présente dans l’industrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here