Samsung s'associe à Jean-Charles de Castelbajac pour la promotion des Galaxy Tab

Samsung s’associe à Jean-Charles de Castelbajac pour la promotion des Galaxy Tab

Samsung confie au créateur français Jean-Charles de Castelbajac la
réalisation d’une fresque inédite en plein coeur de Paris pour la
promotion de ses tablettes Galaxy Tab.

Publié le 9 septembre 2011 - 12:07 par La rédaction

Samsung fait réaliser une fresque géante pour la promotion des Galaxy Ta

« « Cristalliser l’invisible » au travers de deux femmes, La reine et son peintre officiel. Lorsque le portait sera terminé, nous recouvrirons l’effigie royale d’un film réfléchissant donnant ainsi une dimension ectoplasmique et provoquant un trouble, signifiant la force impérieuse de l’histoire de notre république ; Le vide créant un passage vers l’infini, donnera au spectateur un sentiment « spectaculaire ».» C’est de cette façon que l’artiste et créateur de mode français Jean-Charles de Castelbajac décrit son oeuvre intitulée « Ghost save the Queen » et commandée par Samsung.
Le fabricant coréen a en effet confié à JC de Castelbajac la réalisation d’une fresque géante sur un des murs de la Conciergerie, à Paris, monument qui est actuellement en rénovation, à l’occasion du lancement en France de ses tablettes internet et multimédia Galaxy Tab. La plus grande bâche d’Europe, d’une supérficie de 600 m², permet à l’artiste de s’exprimer.
A la fin de son exposition, la fresque sera vendue aux enchères, en plusieurs parties signées par l’artiste, au profit de la réfection des monuments de la ville de Paris.

Jeu concours Samsung Galaxy Tab

Le site www.samsung.com/fr/entrezdanslhistoire accueille la retransmission en direct de cette fresque, ainsi que les coulisses de sa réalisation. Enfin, dès le 15 septembre, les internautes seront invités à participer à un concours mettant en jeu la Galaxy Tab et un voyage à Paris pour assister au défilé de JC de Castelbajac.

Quelle limite pour les publicités géantes adossées aux monuments historiques ?

« Ici, c’est une publicité qui vante les avantages d’un smart phone coréen sur les murs de la Conciergerie, le plus ancien témoignage du Palais de la Cité. Là-bas, c’est Mister George qui pose pour une marque de montres de luxe… Les monuments de Paris se sont transformés en billboard de luxe pour marques étrangères. »
Une publicité géante sur un monument parisien, le procédé peut créer la polémique comme en témoigne la tribune de Ludovic BOURSIN, publiée dans l’espace débats de l’édition en ligne des Echos et accessible via ce lien : http://lecercle.lesechos.fr/node/37401

Advertisements

Ailleurs sur le web