Le Sony SLT-A77 passé à la moulinette DxOMark

Sony a marqué la rentrée avec deux belles annonces : le reflex à visée vidéo SLT-A77 et le NEX (plus ultra), le NEX-7, tous deux dotés d’un nouveau capteur APS-C d’une définition record de 24 mégapixels s’il vous plaît. Avec une telle densité de photosites, on attend ce nouvel imageur Exmor HD au tournant. DxO vient de la passer au banc d’essai sur l’Alpha 77, un reflex qui dévie, rappelons-le, une partie de la lumière qui arrivera au capteur, n’ayant pas de miroir pour alimenter l’autofocus à détection de phase qu fonctionne en continu et en mode vidéo. Avec une cadence d’acquisition pour le moins rapide, l’Alpha 77 enregistre des vidéos en Full HD en 50p et shoote en rafale à 12 i/s.
Sony a marqué l’industrie de la photo en 2010/2011 avec son capteur APS Exmor 16 mégapixels qui se démarque de la concurrence par une qualité d’image exceptionnelle en haute sensibilité et une plage dynamique de 2EV supérieur aux challengers. Nous avons vu utiliser ce capteur dans le Nikon D7000, le Pentax K-5, le Sony Alpha 580 et aujourd’hui dans le NEX-5n et le petit NEX-C3. Le capteur 24 mégapixels va devoir assurer !

Sony SLT-A77
Retrouvez la visite guidée du Sony SLT-A77 en images.

Sony Alpha 77 vs Alpha 55

Voici l’occasion de comparer les performances de ce nouveau capteur APS-C Exmor HD de 24 mégapixels avec ceux de la référence actuelle, le 16 mégapixels Exmor dans des conditions identiques, à savoir, avec la présence d’un prisme SLT Sony (reflex SLT à visée vidéo) qui dévie une partie des rayons lumineux. Dès lors, les résultats en sensibilité basse lumière du capteur sont grevés par la perte de cette effraction de luminosité, chose que nous ne retrouverons pas dans un appareil sans ce système comme le NEX-7, qui devrait donc atteindre un niveau de performance plus élevé.

Si le DxOMark Score synthétique du nouveau capteur du SLT-A77 passe à 78 contre 73 pour le SLT-A55, on constate surtout que la profondeur de couleur progresse encore, pour atteindre 24 bits, mais surtout, que la dynamique du nouvel imageur Sony pousse encore plus loin, alors même que son prédécesseur était détenteur du record absolu en la matière dans la catégorie APS-C (et damne même le pion à de nombreux capteurs plein format !). Ainsi, la dynamique du SLT-A77 atteint 13,2 EV, appréciable sur le terrain pour en exploiter en post-traitement les informations enregistrées lors du développement du fichier RAW et la promesse de pouvoir jouer avec le DRO (Dynamic Range Optimizer du SLT-A77 et du NEX-7, sur lequel il peut se piloter de manière très fine et ludique via la nouvelle interface Tri-navi ( que nous avons pu prendre en main sur le NEX-7 lors de l’IFA 2011).

Quid de la sensibilité basse lumière de l’Alpha 77 ?

Et bien Sony réussi l’exploit de produire un capteur qui embarque 8 mégapixels de plus que la précédente génération, soit un bond en avant de 30% sans dégrader de manière sensible la sensibilité basse lumière : avec un score de 801 ISO, il arrive au niveau du capteur 16 mégapixels qui avait collecté 816 ISO.

Exmor 16 mégapixels vs 24 mégapixels : les bienfaits de la position 50 et 80 ISO

Sony connaît les limites de l’entassement de pixels. Ainsi, le SLT-A77 pour tirer le meilleur de son capteur en termes de luminosité et de plage dynamique, offre les positions 50 et 80 ISO, des sensibilités très basses, qui seront idéales pour le paysage (dynamique) et le portrait (profondeur de couleur).

Capteur du Sony Alpha 77 : les mérites de la résolution

Avec 24 mégapixels sur une surface sensible APS-C, le pari technique de Sony est risqué, mais le fabriquant nippon a gagné sa 5ème Dan en développement de capteurs performants avec le CMOS 16 mégapixels (mais pas seulement, cf les nombreux compacts dotés du capteur CMOS rétroéclairé 1/2,33″ conçu par Sony !). Fort de son expertise, Sony arrive sans complexe avec un capteur densément peuplé en pixels. Si on sait que cela nuit dans une certaine mesure à la sensibilité basse lumière comme on le voit sur les résultats du banc d’essai DxOMark.com dans leur version « à l’écran », système qui se rapproche du pixel peeping, dans lequel on comparerait deux photos affichées à l’écran à 100%, le résultat est tout autre dans l’approche « print » de la mesure qui ramène la photo en un équivalent imprimé et là, le rapport signal / bruit des deux capteurs sur un reflex SLT est équivalent, mieux, grâce à sa position 50 ISO, le SLT-A55 améliore d’un cheveu le résultat de l’Alpha 55.

Conclusion

Ces résultats de ce nouveau capteur APS-C 24 mégapixels sur le banc d’essai DxO Mark sont très encourageants et laissent présager d’une nouvelle génération de boitiers munis de capteur, ici un Nikon D7100 ou D7000x (ce que l’on attendra avec impatience vu le talent de Nikon pour exploiter le signal des capteurs Sony), un Pentax K-6 et devrait enfoncer le clou, commercialement, du NEX-7, un boitier extrêmement séduisant, qui s’affranchit de la perte de luminosité induite par le prisme du système SLT de l’Alpha 77.
Canon paraît aujourd’hui bien à la traine avec son capteur APS-C 18 mégapixels, technologiquement bien dépassé par la concurrence et un imageur moderne serait apprécié sur un EOS 7D Mark II.
Le marché pro et semi-pro attend aussi impatiemment de pouvoir bénéficier des avancées technologiques de ces nouveaux capteurs sur des surfaces Full Frame… comme les Canon EOS 5D Mark III, EOS 1Ds Mark IV, Nikon D800 et Nikon D4.

Si le capteur Exmor HD 24 mégapixels est enthousiasmant, il faudra maintenant se pencher sur la capacité des optiques à différencier les détails les plus fins pour alimenter les menus pixels du SLT-A77…
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here