HP pourrait finalement se séparer de WebOS

HP pourrait finalement se séparer de WebOS

Il semblerait que HP ne sache plus sur quel pied danser. Le géant américain qui va conserver sa branche PC pourrait en revanche se débarrasser de sa division WebOS. De nombreuses sociétés comme Amazon, RIM, Oracle, IBM ou encore Intel seraient sur les rangs pour son rachat.

Publié le 8 novembre 2011 - 16:05 par La rédaction

WebOS finalement lâché par HP ?

Que se passe-t-il chez HP ? Il est difficile d’y voir clair ces derniers temps au sujet de la stratégie du géant américain de l’informatique. Il y a dix jours, HP annonçait conserver sa branche PC après des mois de tergiversations. Aujourd’hui, c’est au tour de WebOS d’être au coeur de l’incertitude. Alors que la direction de HP avait assuré en août dernier que le groupe continuerait à développer WebOS (une mise à jour est d’ailleurs disponible depuis quelques semaines), malgré l’arrêt de la tablette TouchPad et des smartphones Pre, voilà que des rumeurs faisant état d’une vente refont surface.
Il faut dire que ces dernières semaines, les départs volontaires et les licenciements au sein de la branche WebOS se succèdent et laissent à penser que HP s’est fait une raison. D’après l’agence de presse Reuters, HP serait prêt à lâcher sa division mobile pour « quelques centaines de millions de dollars« . Rappelons qu’en avril 2010, HP avait absorbé Palm (créateur de WebOS) pour 1.2 milliard de dollars.

De nombreux candidats au rachat

Évidemment, l’annonce d’une possible revente de WebOS fait des envieux : le système, bien que tombé en désuétude en raison de l’échec de la TouchPad, n’en reste pas moins élaboré et complètement exploitable. Toujours selon Reuters, la liste des potentiels candidats au rachat de WebOS est fournie : Amazon, RIM, Oracle, IBM et Intel seraient sur les rangs.
On imagine que chez Amazon ou RIM, le rachat de WebOS serait de bon augure pour proposer un système d’exploitation plus complet et plus adapté à leur stratégie : Amazon pourrait par exemple s’affranchir du noyau Android (bien que déjà épuré de sa substance) pour sa Kindle Fire et RIM proposerait enfin un OS qui vaille la peine de s’y attarder, alors que la V2 de son système maison QNX n’est attendue que pour février 2012.
Pour les autres prétendants, ce serait sûrement l’occasion d’entrer sur le marché de la mobilité par la case software.
La décision de Meg Withman, PDG de HP, pourrait être prise d’ici la fin de l’année, scellant le sort de WebOS… ou pas.

Advertisements

Ailleurs sur le web