Carrier IQ, les premières plaintes tombent

Carrier IQ, les premières plaintes tombent

Les premiers recours en justice ont été lancés aux États-Unis dans l’affaire Carrier IQ. Deux plaintes visent l’entreprise, mais aussi Samsung et HTC pour avoir « surveillé l’activité » et « collecté des données » sans accord de l’utilisateur. Une plainte contre les opérateurs a également été déposée.

Publié le 5 décembre 2011 - 10:00 par La rédaction

Deux plaintes déposées aux États-Unis contre Carrier IQ, Samsung et HTC

L’affaire « Carrier IQ » prend de l’ampleur aux États-Unis. La semaine dernière, nous vous expliquions en quoi consiste ce logiciel considéré comme espion (un rootkit) et les conséquences sur plus de 140 millions d’utilisateurs de smartphones.

Comme il fallait s’y attendre, Carrier IQ, mais aussi Samsung et HTC (deux fabricants de smartphones intégrant le logiciel mouchard) font l’objet de deux class actions (recours collectifs) dans l’Illinois. Les trois entreprises sont accusées d’avoir « surveillé l’activité » et « collecté des données » sans accord préalable de l’utilisateur. Les plaignants réclament plusieurs centaines de millions de dollars en dédommagement. Carrier IQ et les deux constructeurs de smartphones pourraient en plus écoper d’une amende de 100 dollars par jour et par utilisateur, ce qui reviendrait à plusieurs milliards de dollars.

Carrier IQ charge les opérateurs

Face à la tourmente, Carrier IQ tente de se dédouaner. Dans une interview accordée à AllThingsD, l’entreprise affirme que les données collectées sont « transmises via des réseaux cryptés » et que « la vie privée est protégée ».
Soupçonnée d’enregistrer les frappes sur les touches, Carrier IQ se défend de l’avoir fait. L’entreprise admet toutefois les « écouter » dans un cadre bien précis, celui des diagnostics en cas de panne réseau. Même chose pour les sms, en aucun cas ils n’ont été lus ou enregistrés, seul le signalement d’une non-réception a été transmis aux opérateurs. En clair, s’il y a eu des dérapages, ce sont les opérateurs qui en sont responsables.

Les opérateurs américains également visés par une plainte

Les opérateurs, justement. Bloomberg rapporte qu’une troisième class action est en cours dans le Delaware et vise les opérateurs américains AT&T, Sprint et T-Mobile. Le recours réclame que les opérateurs et constructeurs (Apple est également visée, bien que l’entreprise ait affirmé ne plus se servir du logiciel espion) stoppent l’utilisation de Carrier IQ, faute de quoi ils seraient soumis à la même amende de 100 dollars par jour et par utilisateur. L’affaire « Carrier IQ » est loin d’être finie…

Advertisements

Ailleurs sur le web