Free Mobile : Xavier Niel confirme le lancement avant le 15 janvier

Free Mobile : Xavier Niel confirme le lancement avant le 15 janvier

Xavier Niel a déclaré dans le cadre du salon LeWeb qui se tient à Paris que Free Mobile sera lancé « avant le 15 janvier », alors que dans le même temps l’Autorité de la concurrence, saisie par l’Arcep, a donné le feu vert à des prix préférentiels de gros pour « corriger les distorsions de concurrence ».

Publié le 10 décembre 2011 - 9:30 par La rédaction

Free Mobile « avant le 15 janvier »

Xavier Niel, patron d’Iliad (maison mère de Free) a indiqué, sans donner de date précise, que Free mobile sera sur les rails « avant le 15 janvier » 2012, soit au maximum d’ici un gros mois. En marge du salon LeWeb qui se tient actuellement à Paris, Xavier Niel a également écarté le prélancement possible d’une offre Free Mobile aux abonnés ADSL dès le 17 décembre, précisant que ce n’était que des « rumeurs ». On se dirigerait donc vers un lancement national et simultané.

Les téléphones à crédit à taux zéro

Nos confrères de PC Impact se sont procurés des documents confirmant que Free Mobile se passera des subventions pour que l’abonné se procure son téléphone. Free Mobile vendra les téléphones à prix coutant et, surtout, à crédit à taux zéro, en partenariat avec Sofinco. Plusieurs modalités sont possibles : 12 mensualités à partir de 200 euros d’achat, 24 mensualités à partir de 360 euros d’achat et 30 mensualités pour 450 euros minimum.


Les différentes modalités de paiement que Free Mobile proposera pour payer un téléphone.
Source : PC Impact

Tarif préférentiel de gros pour les terminaisons d’appel

Parallèlement, Free a obtenu auprès de l’Arcep et de l’Autorité de la concurrence un petit coup de pouce pour lancer son offre mobile. Comme pour Bouygues Telecom lorsque ce dernier s’était lancé dans la téléphonie mobile il y a plusieurs années, Free bénéficiera temporairement d’un tarif préférentiel de gros sur les terminaisons d’appels asymétriques. « La fixation, à titre provisoire, d’une terminaison d’appel asymétrique en faveur de Free Mobile pourrait permettre de corriger les distorsions de concurrence induites par les niveaux encore élevés de terminaison d’appel », a ainsi précisé l’Autorité de la concurrence.

Derrière cette formule compliquée se cache un principe assez simple : lorsque l’opérateur A passe un appel vers l’opérateur B, l’opérateur A doit payer une taxe pour emprunter le réseau de l’opérateur B. Free Mobile, paiera une taxe moindre lorsqu’il sera en position d’opérateur A, étant donné que son nombre d’abonnés sera réduit à son lancement par rapport à la concurrence, déjà bien installée.

Advertisements

Ailleurs sur le web