Carrier IQ : Eric Schmidt s'en prend au logiciel espion

Carrier IQ : Eric Schmidt s’en prend au logiciel espion

Eric Schmidt, président exécutif de Google, de passage à La Haye pour une conférence sur les libertés sur Internet, en a profité pour égratigner le logiciel espion Carrier IQ.

Publié le 10 décembre 2011 - 11:25 par La rédaction

Eric Schmidt ne décolère pas à propos de l’affaire Carrier IQ. Ce logiciel espion, capable de retracer tous les éléments relatifs à un utilisateur (données GPS, sms, frappes sur le clavier lors d’une recherche internet, etc.), édité par la société éponyme, est désormais visé par plusieurs class actions aux Etats-Unis. Tout comme certains opérateurs, mais aussi constructeurs, tels que… Samsung, Motorola et HTC, gros pourvoyeurs de smartphones Android.

A l’occasion d’une conférence sur les libertés sur Internet, qui se tient à La Haye (Pays-Bas), Eric Schmidt a fait savoir que Google ne soutenait aucunement un tel logiciel, bien que celui-ci soit implanté dans de nombreux smartphones Android, et qu’il soit apparemment très difficile, voire impossible, à supprimer. Il s’est dédouané en expliquant qu’« Android est une plate-forme ouverte, il est donc possible d’y
construire des logiciels qui ne sont en réalité pas très bons pour vous,
et c’est ce qui semble être le cas ici »,
comme le rapporte l’agence Reuters.
L’ex-PDG de Google et désormais président exécutif a également accusé Carrier IQ d’être un véritable keylogger (un logiciel pirate capable d’enregistrer mots de passe et informations privées comme les données bancaires).

Dans le même temps, aux Etats-Unis, les opérateurs et notamment T-Mobile ont réaffirmé ne jamais s’être servi des informations de Carrier IQ à des fins autres que techniques : problèmes d’autonomie, coupures téléphoniques, etc.

Il n’empêche que si, effectivement, ne pas avoir utilisé Carrier IQ à des fins d’espionnage est tout à fait louable, le fait de l’avoir sciemment caché aux utilisateurs est une faute grave et répréhensible…

Publicité

Ailleurs sur le web