Fréquences 4G : Free Mobile, SFR, Bouygues et Orange ont répondu à l'appel de l'Arcep

Fréquences 4G : Free Mobile, SFR, Bouygues et Orange ont répondu à l’appel de l’Arcep

Free Mobile, SFR, Bouygues Telecom et Orange ont tous répondu à l’appel à candidature pour les fréquences haut débit 4G, sur la bande 800 MHz. L’Arcep va désormais étudier les enchères aveugles pour attribuer les différents lots de fréquences.

Publié le 16 décembre 2011 - 9:15 par La rédaction

Fréquences 4G : Free Mobile, Bouygues, SFR et Orange répondent à l’appel

Les quatre opérateurs, SFR, Bouygues Telecom, Orange et Free Mobile (Free Mobile arrivera avant le 15 janvier sur le réseau 3G) ont répondu à l’appel d’offres de l’Arcep concernant les fréquences 4G sur la bande 800 MHz. Après l’attribution des premières fréquences 4G en septembre dernier, sur la bande 2.6 GHz, c’est au tour des « fréquences en or » d’être bataillées.

Des fréquences en or pour les opérateurs…

Contrairement à l’attribution des fréquences sur la bande 2.6 GHz, la bataille sur les fréquences 4G 800 MHz devrait être féroce. L’enjeu est de taille, puisque ces fréquences ont été récupérées par le passage de la télévision au tout numérique et présentent l’avantage de porter très loin, permettant ainsi de limiter le nombre d’antennes. Elles devraient donc être favorisées dans les zones urbaines, notamment les très grandes agglomérations. Le débit théorique pourrait grimper jusqu’à 100 Mb/s. À terme, les opérateurs devront couvrir 98 % du territoire d’ici 12 ans et 99.6 % d’ici 15 ans.
Il faut dire que le réseau en a grandement besoin, en raison du trafic qui ne cesse d’augmenter avec la démocratisation des smartphones, à tel point qu’il commence à saturer (les communications et data passent par les mêmes réseaux).

… Mais aussi pour l’État

L’État mise sur au moins 1.8 milliard d’euros pour l’attribution de l’ensemble des lots. Compte tenu de l’importance de ces fréquences pour les opérateurs mobiles, elles devraient y mettre le prix fort. Rappelons qu’en septembre dernier, pas loin d’un milliard d’euros (936 millions pour être exact) avait été mis sur la table par les quatre opérateurs pour se départager les fréquences 2.6 GHz.
L’Arcep va désormais étudier les enchères aveugles sur les différents lots de fréquences de 10 MHz et 5 MHz mis en jeu, dans la
limite de 15 MHz par opérateur afin de garantir une concurrence équitable. L’autorité devrait rendre son verdict d’ici quelques mois.

Advertisements

Ailleurs sur le web