Snapseed

Chez Adobe, Photoshop CS5 et Lightroom 3 sont sortis en 2010, tout comme Aperture 3 chez Apple. Si on attend Lightroom 4 et Aperture 4 pour 2012, les stars de l’année en logiciels photo sont sans conteste Snapseed, édité par Nik Software pour l’iPad, qui exploite avec efficacité l’interface tactile de la tablette Apple, tout en reprenant avantageusement l’esprit des retouches maison avec des sélections via les U-Points et des effets prédéfinis en plus des réglages manuels. Edité pour iPad, on peut aussi utiliser Snapseed sur son iPhone ou son iPod Touch, ce qui permettra de mieux profiter des possibilités de partage offertes par l’iApp Nik Software.

Vendue 3,99 euros sur l’AppStore, Snapseed est disponible pour l’heure, uniquement pour les utilisateurs sous iOS et on aimerait voir l’application photo portée sur le système Android.

Petit tour de Snapseed en images :

Snapspeed
Après avoir pris une photo ou choisi une de sa photothèque, on accède à une batterie de retouches possible depuis des réglages classiques comme le recadrage ou la netteté, mais aussi à différents types de rendus comme les rendus vintage très en vogue, des cadres et bordures, etc. le tout, toujours paramétrable et, et c’est là le tour de force des développeurs de Nik Software, avec une simplicité et une intuitivité déconcertante.

Snapseed permet de travailler ses photos de différentes manières et on a le choix entre les modes : automatique, retouche locale, réglages (luminosité, ambiance, contraste,n saturation, balance des blancs), redresser l’image, recadrage, netteté, noir et blanc, vintage, drama, grunge, center focus, bordures et effet maquette.

Snapspeed
Si vous connaissez les plug-in Nik Software que l’on utilise avec Photoshop, Lightroom ou Aperture, vous serez en terrain connu avec Snapseed, qui offre le même esprit de retouche locale avec les fameux U-Points. Ici, le U-Point permet d’ajuster la luminosité, le contraste ou encore la saturation de la sélection. On fait glisser son doigt de haut en bas pour choisir le paramètre à régler, puis de gauche à droite pour influer sur la jauge du réglage, ici, le contraste. On ajoute autant de U-Points que l’on veut .

Snapspeed
Les effets préréglés sont paramétrables comme ici, l’effet drama, qui peut être rehaussé en influant sur la luminosité et l’effet de texture. Il suffit de toucher du doigt l’icône en forme d’étoile et l’on affiche les différents styles disponibles comme ci-dessous.

Snapspeed
Snapseed, comme avec les derniers logiciels Nik Software (Silver Efex, HDR Efex…) permet de visualiser sur notre propre photo une simulation du rendu espéré sur la tablette ou le smartphone.

Snapspeed
Le succès de Snapseed tient dans son ergonomie 100% adaptée aux écrans tactiles et au fait qu’il permet au photographe de toujours garder le contrôle sur sa retouche comme ici avec le réglage « center focus » qui permet de choisir la taille de la zone de netteté. L’effet maquette appelé « Tilt shift » sera plus délicat à utiliser, mais offre encore toute latitude à l’utilisateur.

Snapspeed
Différentes bordures, bien entendu, paramétrables, sont disponibles sur Snapseed.

Snapspeed
Naturellement, le partage embarqué permet de communiquer ses photos retouchées via email, de les imprimer via AirPrint, ou de les publier sur son espace Flickr, son Facebook ou sur Twitter.

Instagram

Instagram est l’autre grande application iOS qui a vu le jour en 2011 et a raflé en quelques semaines les faveurs des photographes dans un esprit communautaire. L’histoire d’Instagram est celle de deux développeurs, Kevin Systrom qui a fait ses premières armes chez Google en travaillant sur Gmail, et Mike Krieger qui a débuté sa carrière chez Microsoft puis chez ce qui allait devenir Xmarks.
Pour résumer Instagram, l’application évolue entre des préréglages un peu comme dans Snapspeed, la maîtrise du rendu final en moins, et un Flick’r/Facebook photo.

Iinstagram
Dès les premiers paramétrages d’Instagram, on sent le côté communautaire de l’application photo qu nous permet de nous connecter à nos contacts Facebook ou Twitter qui auraient créé un compte Instagram.

Iinstagram

Comme sur Twitter, on peut s’abonner à l’actu photo d’un contact dont on a remarqué le profil au gré d’une photo.

Iinstagram
Instagram met en avant les photos les plus populaires aussi variées que possible.

Iinstagram
On peut prendre sa photo directement depuis Instagram, sans plus de choix que cela.

Iinstagram

Pour ensuite lui appliquer un rendu préréglé. La puissance d’Instagram repose sur sa dimension communautaire et son gout pour le partage plus que sur ses talents de retoucheur photo. Mais les effets, assez typés vintage, qu’elle propose sont dans l’air du temps et suffisent à beaucoup.

Iinstagram
Pour partager ses instantanés, on peut activer la géolocalisation, puis opter pour une multitude de plateformes comme Twitter, Facebook, Flickr, Tumblr, Foursquare et Posterous.

Iinstagram
Comme sur Facebook, on pourra suivre les commentaires d’une photo et y mettre son grain de sel.

Iinstagram

Le succès d’Instagram est phénoménal. Des millions d’iPhone users se transforment en photo reporter, des flux de photos traitées dans l’esprit lomo et Pola se déversent chaque minute sur leurs serveurs et une communauté se crée avec un blog, pas mal fichu du tout qui vous permettra de saisir un peu mieux l’esprit d’Instagram. Instagram est une application gratuite, encore une fois, hélas, réservé aux utilisateurs de smartphones Apple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here