2012 : ce qui pourrait arriver dans les téléviseurs

2012 : ce qui pourrait arriver dans les téléviseurs

Avant de s’envoler pour Las Vegas, direction le CES 2012, la
rédaction de Zone-Numérique propose une projection des nouveautés
possibles ou attendues cette année, en matière de téléviseurs.

Publié le 4 janvier 2012 - 16:27 par La rédaction

Vers une démocratisation de la 3D sans lunettes ?

Lancée il y a maintenant quelques années, la 3D peine toujours à trouver son public, que ce soit en France ou même aux Etats-Unis. Deux raisons principales sont souvent évoquées par les personnes interrogées dans les études : le manque de contenus disponibles en relief, aussi bien à la télévision que sur supports physiques et dématérialisés (Blu-Ray, VoD, etc.), et surtout le manque de clarté autour de l’offre 3D. Aujourd’hui, trois grands types de télévision en relief cohabitent : deux avec lunettes et la dernière sans. Pour l’heure, ce sont les technologies 3D avec lunettes, actives ou passives qui sont développées en masse.

La technologie active, bien que présentant un meilleur rendu global, est aussi très désagréable lors d’une utilisation prolongée : maux de tête, inconfort au niveau des oreilles (les lunettes actives sont lourdes compte tenu de la technologie embarquée)… et sont surtout plus chères (une centaine d’euros la paire, lorsque les lunettes passives se vendent une trentaine d’euros). Les lunettes passives sont par conséquent souvent privilégiées (LG a d’ores et déjà abandonné la 3D active), mais sont moins performantes, notamment au niveau de luminosité. Les amateurs de séances cinéma en relief ne sont pas étrangers à ce phénomène d’images sombres.

La 3D sans lunettes, ou autostéréoscopique, est sans doute la plus difficile à mettre en place. Ceux qui ont eu une Nitendo 3DS entre les mains peuvent en attester. Dès que l’on s’éloigne de l’axe de vision, l’image se dédouble et devient très désagréable à regarder. Très peu de constructeurs se sont pour l’instant lancé sur ce marché. Le plus remarqué d’entre eux est sans aucun doute Toshiba, qui a lancé le mois dernier, au Japon pour l’instant, son téléviseur 3D sans lunettes. Doté d’un capteur de présence et d’un affichage sur neuf angles de vision, le 55ZL2 permet au spectateur, peu importe où il se trouve, de voir la même image en relief. Le téléviseur offre évidemment d’autres avantages (résolution Quad Full HD, Smart TV avec la norme HbbTV, etc.), mais qui ont un prix : le Toshiba 55ZL2 se vend à l’équivalent de plus de 10 000 dollars au Japon.

Pour contourner ce problème de coût important, une société, Stream TV, devrait proposer une technologie baptisée Ultra-D, capable d’afficher aussi bien des contenus 2D et 3D en relief et sans lunettes. Peu d’informations sont pour l’instant parvenues, mais une présentation grandeur nature devrait être faite lors du CES, la semaine prochaine. Gageons que la solution apportée par Stream TV soit facile à développer et surtout plus économe à produire.

Technologie OLED, enfin pour le grand public ?

2011 a été l’année de la démocratisation de la technologie LED. Contrairement à ce que l’on peut croire, il ne s’agit pas d’un type de téléviseur à part, comme le LCD ou le Plasma, mais d’une méthode de rétroéclairage différente pour les téléviseurs LCD (qui utilisent un tube lumineux pour les LCD classiques). 2012 devrait être l’année de l’arrivée des premiers téléviseurs OLED, qui utilisent des diodes organiques et non plus de simples diodes. Exit donc le rétroéclairage par diodes blanches de la technologie LED (Full LED sur la dalle entière ou EDGE LED pour un rétroéclairage uniquement sur les contours), ici ce sont les sous-pixels rouge, vert et bleu qui sont directement émetteurs de la lumière. Forcément, la luminosité, le contraste, les angles de vision sont meilleurs que sur un TV LED et encore plus sur les LCD classiques.

Mais les constructeurs se sont pour l’instant confrontés à deux problèmes majeurs : la durée de vie des écrans OLED, beaucoup plus courte qu’un LED ou LCD classique, mais surtout le prix de fabrication, exorbitant. Dans un marché déjà sclérosé par les faibles marges et les chiffres d’affaires en chute libre, difficile de se lancer à corps perdu dans l’élaboration de dalles OLED à moindre coût. LG et Samsung auraient toutefois, chacun de leur côté, élaboré des matériaux et des procédés de fabrication suffisamment économes pour présenter deux téléviseurs à grand écran, 55″ chacun, lors du prochain CES.

Les deux Sud-Coréens pourraient commercialiser d’ici la mi-2012 leurs premiers téléviseurs OLED grand public. Enfin grand public, cela reste encore à vérifier : difficile de croire que ces téléviseurs seront aussi bon marché qu’une TV LED ou même Plasma. Les téléviseurs OLED ne devraient pas se démocratiser dans nos salons avant 2015, d’après les projections de certaines études ou des prévisions de constructeurs, à l’image de Sony.

Vers des tailles d’écrans différentes pour réduire les coûts

L’industrie des téléviseurs est en crise depuis plusieurs années, ce n’est un secret pour personne. Sony a revendu ses parts dans la coentreprise S-LCD à son ex-partenaire Samsung, Panasonic a vendu plusieurs usines et a opéré une restructuration stratégique… Pour tenter de réduire les coûts de fabrication, outre le sous-traitement de masse ou les partenariats, les constructeurs pourraient se tourner vers une troisième voie, à en croire l’institut DisplaySearch. On pourrait voir apparaitre en 2012 des téléviseurs LCD (à LED ou non) d’une taille d’écran de 36.5″, 39″, 43″, 48″ et 50″ (format qui existe déjà pour la technologie Plasma).

Parallèlement, la méthode de rétroéclairage pourrait changer, devenant ainsi vertical et non plus horizontal, comme c’est le cas actuellement, dans le but là encore de baisser les coûts de production. LG a d’ailleurs présenté quelques modèles lors des derniers mois.

Un mot également sur la future adoption de la définition Quad Full HD. Si quelques fabricants proposent déjà, à l’image de Toshiba, ou proposeront comme LG, des téléviseurs à la résolution ultrafine (3840 x 2160 pixels ou « 4K »), cette norme ne devrait être massivement présente dans nos téléviseurs qu’à partir de 2015, étant donné son coût très élevé…

La TV sera connectée ou ne sera pas

Si la 3D n’a pas plus retenu l’attention que cela en 2011, les fonctions connectées ont en revanche été mises en avant par les constructeurs. 2012 devrait poursuivre sur cette lancée, avec notamment l’arrivée très attendue d’Apple sur le marché. Apple pourrait d’ailleurs remédier à un des principaux problèmes des Smart TV actuelles, à savoir la manque de maniabilité au sein des fonctions connectées et autres applications. La commande vocale que pourrait apporter Apple signerait la mort des télécommandes « simples ». LG de son côté présentera au CES 2012 une V2 de sa télécommande Magic Motion, qui comprendra aussi bien les gestes que la parole.
Les constructeurs auraient également tout intérêt à regarder de plus près du côté des consoles de salon (qui représentent à l’heure actuelle l’une des principales portes d’entrée vers les fonctions connectées avec les box ADSL/fibre), qui se servent de leurs manettes et claviers comme de véritables atouts…. ou des terminaux mobiles tels que les smartphones et les tablettes. L’apparition d’une fonction télécommande universelle sur la Tablet S de Sony fin 2011 en est le symbole. Le Japonais entend d’ailleurs développer des stratégies de synergie autour de ses « 4 écrans » : smartphones, tablettes, ordinateurs et téléviseurs.

Autre point que les constructeurs pourraient améliorer cette année : le développement de véritables stores d’applications, à l’instar de ceux qui existent pour smartphones, tablettes, ordinateurs, et même consoles de jeux. Panasonic s’y essaye déjà depuis quelques semaines et Samsung va lancer une offre similaire dès demain. L’objectif serait évidemment de proposer sur grand écran une expérience utilisateur singulière, et plus simplement un raccourci vers un site internet caché derrière une icône… ce qui est malheureusement encore trop souvent le cas.

L’industrie des téléviseurs est dans tous les cas à un tournant dans son histoire. Les « révolutions » technologiques n’ont pas suffi à faire remonter les ventes, il faut donc aller chercher ailleurs l’argument qui convaincra les millions d’utilisateurs de renouveler leurs téléviseurs.

Advertisements

Ailleurs sur le web