Nikon D4 : visite guidée en images

Nikon D4 : visite guidée en images

Officialisé ce vendredi, le nouveau reflex numérique pro Nikon D4 est à découvrir en images.

Publié le 9 janvier 2012 - 11:00 par La rédaction

Publicité

Le voici le nouveau reflex référence pro de la gamme Nikon : le D4. Il va cohabiter avec le D3x, équipé d’un capteur 24 mégapixels, en attendant un D4x… Avec cette nouvelle génération, Nikon capitalise sur le succès du D3/D3s que le D4 ne renie d’ailleurs pas et affine de nombreux points, les améliorations sont nombreuses. Le D4 sera disponible dès le 16 février 2012 à un prix fixé à 5790 euros.


A peine plus profond que le D3, le Nikon D4 est robuste comme il se doit vu l’usage auquel il est prédestiné. Recours à l’alliage de magnésium généreux et un poids allégé de 60 grammes.


Toujours plein format, le nouveau capteur du D4, un CMOS, offre une définition de 16 mégapixels et peut enfin tourner des vidéos en Full HD, un domaine sur lequel Nikon comble son retard sur le segment pro, et même plus : entrée micro et prise casque (utile, voire vitale pour contrôler la prise de son, mais c’est une première sur un reflex numérique), 1920 x 1080 pixels en progressif, 24, 25 ou 30 i/s. Soit on enregistre en H264 sur la carte mémoire, soit le flux sort non compressé pour un enregistrement très haute qualité sur un enregistreur HDMI, jusqu’à près de 200 Mbps…


L’écran 3″/921000 points du D4 a été revu pour offrir une image moins encline aux reflet grâce à l’insertion d’une couche sandwich qui châsse l’air entre les épaisseurs. Vous remarquerez que le LiveView possède un taquet à deux modes, un pour le LiveView photo et un pour le LiveView vidéo, logique puisque les informations à afficher et les réglages disponibles ne sont pas les mêmes en vidéo qu’en photo. Par exemple, en vidéo, le D4 affiche le niveau sonore avec un vu-mètre en permanence.


Voici le nouveau processeur que Nikon a placé dans le D4. L’EXPEED 3 est à l’ouvre dans de nombreuses opérations d’analyse de l’image, de calculs pour le traitement des photos ou l’optimisation de l’autofocus. Tout puissant qu’il est, il jette l’éponge en vidéo au delà de 30 i/s ne permettant pas à Nikon de doter le D4 d’un mode Full HD 50p/60p. Mais en photo, il permet de prendre la bagatelle de 200 photos en JPEG et 105 photos en NEF, le tout à 10 i/s avec suivi autofocus et 11 i/s sans AF.


Voici une nouveauté ergonomique bien pensée dont ceux qui vont y gouter ne pourront plus se passer : la nuit, les touches du D4 sont rétroéclairées.


Le D4 est doté d’un capteur de reconnaissance de scène de 91 000 pixels. Celui du D7000 en a 2 000 à titre de comparaison. Ce capteur analyse la scène de façon très précise et aide à gérer l’exposition (mesure matricielle couleur 3D III), à analyser la fréquence de la lumière, à optimiser la dynamique de l’image, ou encore l’autofocus à accrocher le sujet et à le suivre. D’ailleurs, et c’est une première mondiale, l’autofocus du Nikon D4 assure la détection des visages même quand on utilise la visée optique et non le LiveView.


Pro, le D4 reprend le module AF du D3, le Multi-Cam 3500FX, mais Nikon y apporte quelques améliorations : parmi les 50 collimateurs, 15 sont en croix et 11 hypersensibles et la sensibilité de l’AF du D4 a été améliorée pour pouvoir fonctionner aussi bas que 2EV d’illumination. Nikon nous précise que 2V correspond à un clair de lune.


Au format FX, le capteur 24 x 36 mm du D4 peut capturer une image recadrée, avec un coefficient de 1,5x en utilisation avec un objectif DX par exemple. C’est en vidéo que cette capacité de recadrage prend tout son sens puisque le recadrage 1,5x (toujours en Full HD) donnera un équivalent Super35, un format avec lequel les cinéastes ont leurs habitudes. Aussi, on pourra exploiter le coeur de l’image du capteur, soit les 1920 x 1080 pixels du centre de l’imageur CMOS avec un allongement de focale de 2,7x.

Nikon a particulièrement soigné la connectique du D4 pour une intégration sans précédant dans le flux de production d’un photographe, mais surtout des grandes agences : USB, HDMI, prise casque et micro, ou encore sortie Ethernet. Utilisé avec le nouveau transmetteur Wi-Fi Nikon WT-5, le D4 peut s’insérer dans un environnement réseau sans fil en Wifi a/b/g et n. Mais il saura aussi dialoguer avec toute tablette ou tout smartphone du marché via leur navigateur pour visualiser l’image. Nikon prévoit aussi une application iPhone et iPad pour piloter le D4. Résolument moderne et dans l’air du temps.


On aperçoit en bas du D4 la réplication des principales commandes pour l’orientation portrait. Ces commandes ont été redisposées pour offrir le même fonctionnement qu’en orientation classique. Avec le D3, le photographe perdait ses repères.


On aurait bien aimé que Nikon implante un capteur GPS au D4, mais ce ne sera pas pour cette génération. IL est tout de même doté de la connectique pour y adapter le module GPS Nikon GP-1.


La visée reflex du D4 couvre 100% de l’image et son rapport de magnification est de 0,7x.


Le nouvel obturateur, testé pour 400 000 cycles, verra sa perte de vitesse inhérente à l’avancée de l’âge de l’appareil compensée par le module de gestion de l’exposition du D4. Le reflex enverra à l’obturateur une commande de vitesse plus rapide que ce qu’il faudrait pour finalement aboutir à la bonne exposition. Peu discret du fait de la mécanique interne musclée, le déclencheur du D4 offre un nouveau mode Quiet qui s’est avéré très silencieux lors de notre prise en main du reflex pro. Pour travailler en tout discrétion, le D4 à la faculté de déclencher électroniquement, comme un simple compact numérique.


Le Nikon D4 aux rayon X : en jaune, les joints toriques qui permettent de tropicaliser le boitier.


Double slot pour carte mémoire… mais un seul pour carte ComapctFlash et aucun pour carte SD… Nikon promeut le nouveau format XQD, dont le D4 sera le premier appareil à prendre en charge ce nouveau genre de carte mémoire, de la taille d’une carte SD en largeur et hauteur et environ l’équivalent de 2 cartes SD en épaisseur. On attend des débits de l’ordre de 700 Mo /s.


C’est une nouvelle batterie que doit utiliser le D4, voici la mauvaise nouvelle. Cela vaut pour le chargeur aussi…. La nouvelle EN-EL18 ne fait plus que 2000 mAh de puissance mais offre une meilleure autonomie, de 3500 photos.


Le nouveau transmetteur Wi-Fi Nikon WT-5.

 


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *