Free mobile : 32% des appels n'aboutissent pas

Free mobile : 32% des appels n’aboutissent pas

Capital a mené l’enquête pour offrir à ses lecteurs une mesure effective
de la performance du nouvel opérateur Free Mobile et avance des
chiffres bien peu flatteurs.

Publié le 2 avril 2012 - 11:37 par La rédaction

Free mobile : un tiers d’appel échouent

En effet, aux heures de pointe, soit de 18h à 21h, le taux d’appels passés sur Free Mobile dans les grandes villes qui n’aboutissent pas est de 46%. Près d’un appel sur deux échoue, ce qui a poussé Free Mobile à enfin informer ses clients qu’ils peuvent rencontrer des difficultés à ces heures-là. A titre de comparaison, comme le souligne Capital, le taux d’échec chez Free Mobile de 46% est de 1% chez ses trois concurrents installés. L’étude a été menée à Paris et à Lyon.
En heures creuses, le taux d’échec reste élevé, mesuré à 14%, il permet de donner une moyenne de 32% d’appels dans le vide pour l’ensemble de la journée. Bref, un appel Free Mobile sur trois n’aboutit pas.

Retrouvez l’intégralité des données de l’étude sur Capital.fr.

Free Mobile : débits internet à la traine

L’étude continue de dresser un tableau peu engageant des performances du néopérateur avec un taux d’échec au téléchargement d’un fichier de 2 Mo aux heures de pointe de 16%, soit trois à huit fois le taux d’échec de ses concurrents souligne Capital.

Itinérance VS 100% Free Mobile

L’explication de cette mauvaise performance est désormais connue :
l’insuffisance des infrastructures devant mener à bien l’interconnexion
entre le réseau Free et le réseau orange. Lorsque les appels sont passés
sur le réseau Free sans avoir recours à son partenaire, orange, le
taux d’échec d’appel tombe à 4%, un chiffre plus digeste pour les
clients même s’il demeure 4 fois supérieur à la concurrence. Le taux de
réussite de téléchargement reste faible chez Free avec 66% contre 97 à
99% chez ses concurrents.

Etude Directique pour le magazine Capital

Free, un peu amer de la contestation de certains quant à la performance de son réseau a menacé d’intenter une action en justice envers ceux qui dénigreront son réseau. Capital arrive donc ce mois-ci avec des mesures établies sur un grand nombre d’appels (9392 tests d’appels et 3619 tests de téléchargement) par le cabinet d’étude Directique qui a mené l’étude de façon scientifique et est aguerri aux évaluations des opérateurs puisqu’il s’agit d’une source d’information sur laquelle s’appuie l’ARCEP dans la publication annuelle de l’évaluation de la qualité des réseaux des opérateurs mobiles.

 

Advertisements

Ailleurs sur le web