Test du Panasonic Lumix G X Vario 12-35mm F2.8 ASPH chez photographyblog.com

Test du Panasonic Lumix G X Vario 12-35mm F2.8 ASPH chez photographyblog.com

L’objectif Panasonic Lumix G X Vario 12-35mm F2.8 ASPH est ambitieux. Cette optique pour compacts micro 4:3 est résolument haut de gamme. Voici son test chez photographyBLOG.

Publié le 23 mai 2012 - 9:21 par La rédaction

Alors que l’encre de sa fiche technique validée par Panasonic France est tout juste sèche, voilà l’objectif transstandard semi-pro micro 4:3 Lumix G X Vario 12-35mm F2.8 ASPH déjà testé par photographyblog.com, site britannique.  L’optique est très alléchante avec son ouverture constante f/2,8, sa formule optique travaillée qui intègre 4 lentilles asphériques dont deux en verre ED et UHD, son traitement de surface Nano, sa compacité et sa légèreté, mais tout cela a un prix : 1099 euros TTC… Alors, les vaut-il ?
Si vous lisez l’anglais, le test est à lire ici.
L’objectif 12-35mm F2.8 testé par nos confrères britanniques l’a été sur le compact hybride Panasonic GF3, un appareil 12 mégapixels. On aurait peut-être été curieux de voir ce que cette optique donnait sur un capteur plus dense en pixels comme le Live MOS 16 mégapixels du GX1 par exemple… Sur le test vous verrez des crops 100% qui permettent de se donner une idée du piqué de l’optique, qui paraît d’ailleurs bien doux en grand-angle à f/2,8 pour donner son meilleur à partir de F/4. Le piqué semble meilleur à pleine ouverture aux autres focales. Les visuels montrent bien qu’il faut tomber un à deux diaph de plus pour retrouver un piqué plus homogène sur les bords de l’image, un piqué digne de son prix.

Le test salue le rapport qualité de fabrication et performances vs encombrement et poids tout en soulignant que, loin d’être franchement donné, ce Lumix G X 12-25mm F2.8 est plus cher que la majorité des appareils micro 4:3 sur lesquels il est voué à être monté. Côté optique, le test souligne ses bons résultats à toutes les focales, mais on en aura pour son argent à condition de diaphragmer un tant soit peu, dommage. Un piqué élevé dès la plus grande ouverture, voilà d’ailleurs la signature des grandes optiques.

Advertisements

Ailleurs sur le web