Les lauréats du Prix Oskar Barnack 2012 communiqués par Leica

Les lauréats du Prix Oskar Barnack 2012 communiqués par Leica

Ce sont un photographe américain et un jeune talent polonais qui remportent les faveurs du jury du concours photo Leica 2012, le prestigieux prix Oskar Barnack, et sa prime, un Leica M9-P.

Publié le 22 juin 2012 - 11:05 par La rédaction

C’est de saison, quelques jours avant l’ouverture du festival photo d’Arles (qui aura son application iPhone cette année) qui ouvre ses portes le 2 juillet prochain, Leica rend publics les lauréats de son grand concours, le prix Oskar Barnack. Le prix est traditionnellement remis lors d’une soirée de la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles au théâtre Antique. Cette année, c’est le photographe américain Frank Hallam Day qui reçoit le grand prix OSkar Barnack accompagné d’une Leica M9-P avec un objectif Leica-M, pour sa série Alumascapes. Le second prix Leica décerné à un jeune photographe a été décerné cette année à Piotr Zbierski, pour son projet « Pass by me ».

Publicité

Photo Frank Hallam Day


Photo Frank Hallam Day


Photo Piotr Zbierski

Grand Prix Oskar Barnack 2012 : le communiqué de presse Leica

Le premier prix du prestigieux concours de photographie  » Leica Oskar Barnack 2012  » est attribué cette année au photographe Frank Hallam Day originaire des États-Unis. Pour son projet primé intitulé  » Alumascapes « , il reçoit, outre un montant de 5 000 euros, également un équipement photographique Leica M9-P d’une valeur d’environ 10 000 euros. Le deuxième lauréat du concours s’appelle Piotr Zbierski et vient de Pologne. Son projet  » Pass by me  » lui a permis de remporter le  » Prix de la relève Leica Oskar Barnack 2012  » et un équipement photographique Leica M9-P. La remise des prix aura lieu le 3 juillet 2012 dans le cadre du festival photographique Rencontres Internationales de la Photographie en Arles. Tous les projets remis à l’occasion du Prix Leica Oskar Barnack 2012 sont consultables sous www.leica-oskar-barnack-award.com.

Au cours de sa carrière de photographe, Frank Hallam Day s’est concentré sur de nombreux aspects de ce média. Après plusieurs projets à tonalité politique, la relation homme-nature croît de plus en plus en importance dans ses travaux. Pour cela, il photographie la plupart du temps la nuit lorsque le monde se montre sous un angle suggestif et équivoque. Exemple actuel : la série du lauréat  » Alumascapes « . Le projet photos est le résultat d’un voyage de plusieurs mois au quatre coins de la Floride. Dans ses clichés, Frank Hallam Day, qui représente le phénomène homme-nature sous un jour particulier, fait de camping-cars (des camping-cars de luxe, haute technologie, à la pointe de la modernité), les principaux représentants ultralumineux et brillants de ses photos. Semblant indissolublement liés à la jungle nocturne de Floride, ils apparaissent comme des habitations vitales dans un environnement sombre et hostile. Ils protègent leurs habitants qui se sentent bien lotis au milieu du luxe. Cette forme de retraite n’a bien évidemment que guère plus de choses à voir avec cette affinité avec la nature, le renoncement aux commodités prosaïques et un certain ralentissement. Les photos de Frank Hallam Day révèlent que le rapport entre l’homme et la nature est plus contradictoire que jamais.
C’est ce que souligne également le titre équivoque du projet photos.  » Alumascapes « , une création linguistique du photographe, caractérise également des paysages dominés par des véhicules en aluminium. Parallèlement, le titre correspond également au nom de la marque d’un modèle de camping-car, visible sur certaines photos. D’autres modèles représentés portent des noms similaires comme Wilderness, Mountaineer, Escaper, Cougar et Falcon. Ils reflètent le rapport paradoxal entre homme et nature : une sorte d’affinité, mais aussi une aliénation. C’est ce que représente également le photographe sur ses photos : les camping-cars en surbrillance sont accroupis, cachés entre les arbres. Il règne une ambiance sombre avec une apparence de fuite, de malaise, d’isolement et de peur. Les images semblent, à tort, mises en scène et construites. Les habitants des véhicules n’apparaissent jamais à la vue, ils n’ont même pas remarqué la présence du photographe. Car ils se trouvent protégés par des habitations luxueuses, regardent en règle générale la télévision, la lumière et la climatisation sont allumées – convaincus d’être, malgré tout, en osmose avec la nature.

Les travaux de Frank Hallam Day, présentés déjà dans le cadre de nombreuses expositions internationales, comptent parmi les oeuvres de nombreux musées et collections privées. Frank Hallam Day résidant à Washington, D.C., qui a travaillé comme professeur de photographie à la Smithsonian Institution de Washington, a été le lauréat de nombreux prix et bourses.

La série du  » Prix de la relève Leica Oskar Barnack 2012 « ,  » Pass by me « , constitue la clôture d’un projet auquel Piotr Zbierski travaille déjà depuis cinq ans. Dans  » White Elephant « , le titre de son projet longue durée, le photographe se concentre sur l’expression des émotions et sur la question de savoir dans quelle mesure elles transforment la réalité. À ce titre, ce sont surtout les rencontres fortuites qui exercent sur lui une fascination particulière. Le regard sur les hommes en tant qu’étranger dénué de tout préjugé, la rencontre furtive avec l’inconnu sans connaissances préalables de ce qui viendra, lui donne la possibilité de révéler l’essentiel : l’être humain et ses émotions.  » J’ai choisi la photographie, car elle me permet d’approcher de près les gens. Elle est le média le plus direct me permettant de montrer la présence de l’imagination dans la réalité « , explique Piotr Zbierski. Dans ses photos, il se concentre sur les visages, gestes, expression des sentiments et des relations. Ses photos ne doivent pas être originales, mais authentiques. Elles montrent des scènes de vie prises à différents endroits. La plupart des photos ont été prises au cours de voyages en Europe de l’Est et en Inde. La composition de la série semble s’être faite au hasard. Il existe toutefois un ordre et une relation entre les clichés. Elles forment ensemble un tout et racontent une histoire faite de bonheur, de souvenirs et de rencontres, marquées par le style singulier du photographe.

Piotr Zbierski, année 1987, est titulaire d’une maîtrise de la National Polish Filmschool, qu’il a fréquentée de 2006 à 2012. Il a déjà montré des extraits de sont projet photo  » White Elephant  » dans le cadre de différentes expositions en Pologne, Russie et au Portugal.

Le prix Leica Oskar Barnack 2012 a décroché avec env. 2 800 envois (contre 2 000 l’an passé) un nouveau record de participation. Des photographes professionnels de 101 pays ont participé au concours. La plupart des candidatures sont parvenues d’Allemagne, de Chine et des États-Unis. Sont membres du jury : Bruce Gilden, photographe Magnum, Stephan Erfurt, directeur C/O Berlin, Valérie Fougeirol, directrice de la création de la galerie Magnum Paris, Karin Rehn-Kaufmann, directrice artistique de la galerie Leica Salzbourg ainsi que Brigitte Schaller, directrice artistique du magazine Leica Fotografie International.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *