Test Dead Island Jeu de l'Année : le plein de zombies pour l'été

Test Dead Island Jeu de l’Année : le plein de zombies pour l’été

Après une première incursion remarquée l’an dernier, le très bon Dead
Island nous revient cet été en version Jeu de l’Année.

Publié le 25 juillet 2012 - 8:00 par La rédaction

Paru en septembre 2011, Dead Island avait su conjuguer le
style FPS et RPG pour une expérience de jeu relativement inédite. En effet, le
titre nous place au coeur de Banoi, un centre de vacances paradisiaque et
ensoleillé, mais en proie à une subite infection provoquant une prolifération
de zombies. Le jeu propose alors d’incarner l’un des quatre personnages
proposés, chacun bénéficiant bien sûr de ses propres caractéristiques de combat et de
survie.

Publicité

Les premiers pas dans l’aventure ne sont pas des plus
simples, puisqu’il faudra se contenter d’objets trouvés en cours de route
(pagaie, pelle, bout de bois…) pour repousser les morts-vivants. Il faut
également savoir rester stratège puisqu’une jauge d’endurance empêche de
s’acharner sur le bouton Action, sous peine de voir son personnage s’essouffler.
De même, les armes disposent d’une durabilité limitée, et il faudra parfois
éviter le combat pour économiser son armement, plutôt que de foncer au casse-pipe. Le système de combat est de type FPS, et plutôt simple à prendre en main.
Les dégâts sont localisés, et l’on pourra donc briser les jambes d’un zombies
afin de le clouer au sol, avant de l’achever par un coup porté à la tête. Bien
sûr, au fur et à mesure de l’avancée dans le jeu, on débloquera des armes plus
puissantes, et l’on pourra également se forger ses propres armes, en combinant
les différents objets ramassés sur le chemin.

Outre son côté FPS, Dead Island se pare également de
quelques éléments de RPG, avec notamment un système d’expérience qui permet de
faire évoluer les compétences de son personnage, à la manière d’un Skyrim par
exemple. Au joueur donc de décider s’il préfère privilégier l’attaque aux
capacités de survie, ou bien s’adonner aux joies du crochetage ou de la
furtivité. La map est relativement étendue, et les nombreux survivants
éparpillés nous offrent de nombreuses missions secondaires, souvent utiles pour
récupérer des armes spéciales, de l’argent et de l’XP. La durée de vie est au
rendez-vous avec une bonne quinzaine d’heures pour voir le fin mot de
l’histoire. Cerise sur le gâteau, Dead Island est jouable jusqu’à 4 joueurs en
coopération en réseau.

Cette édition Jeu de l’Année (ou GOTY) reprend évidemment la
trame principale de Dead Island, et inclut les différents packs téléchargeables
comme Arena Bain de Sang, qui propose de repousser des hordes de zombies, mais
on pourra également incarner Ryder White, le méchant du jeu, pour une campagne
inédite. Enfin, le Mod Eventreur est également de la fête. Techniquement,
l’ensemble est encore très agréable à l’oeil, malgré quelques approximations
ici ou là.

Verdict

Proposé à prix réduit, cette édition Jeu de l’Année du très
bon Dead Island vaut évidemment le coup d’oeil, notamment si on est passé à
côté du titre de Deep Silver l’an dernier. L’ambiance est toujours aussi
oppressante, l’évolution du personnage est laissée au bon goût du joueur, le dépaysement est garanti et le
scénario tient la route. Excellent.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *