Cambriolage chez Steve Jobs : la police arrête le voleur et donne des détails, la liste du butin

Cambriolage chez Steve Jobs : la police arrête le voleur et donne des détails, la liste du butin

La police de Palo Alto nous en dit plus sur les circonstances du
cambriolage de la résidence de Steve Jobs, sur la personnalité du voleur
et donne la liste des objets dérobés.

Publié le 16 août 2012 - 18:00 par La rédaction

Même de façon posthume, Steve Jobs ne pouvait décidément rien faire comme tout le monde… la maison laissée sans alarme a été ouverte sans aucun problème par le cambrioleur de Steve Jobs, McFarlin, qui a sauté par dessus le mur de la propriété et trouvé la clé de l’entrée, sans même savoir alors qu’il mettait les pieds dans l’ancienne demeure de Steve Jobs, un sanctuaire aux yeux de nombreux Geeks et Apple Fanboys. Une fois à l’intérieur, il réalise où il est en remarquant un courrier adressé à Steve Jobs et voit certainement une « bonne pioche » puisqu’il est même allé jusqu’à dérober le permis de conduire de Jobs, qui vaut carte d’identité aux Etats-Unis. Pour le reste, presque en toute logique pourrions-nous dire, McFarlin est reparti avec des Mac, des iPhone, iPad et iPod. On ne sait pas s’il a trouvé et laissé un Samsung Galaxy S ou un Galaxy Tab… A l’affut de tout objet de valeur, il a également volé des bijoux de chez Tifanny and co pour environ 60 000 dollars et s’est penché ensuite sur des appareils un peu gadget comme un casque Beats by Dr Dre, un lecteur de cartes Sandisk, une machine à gazéifier les sodas et un mixer…. Le rapport de la police de Palo Alto ne dit pas non plus s’il s’agissait d’un mixeur BlendTech qui avait mis en poussière (pardon, en ismoke…) le tout premier iphone lors de sa sortie.

Jobs allait coincer son cambrioleur de son vivant… En effet, c’est la technologie de l’entreprise de Steve Jobs qui a armé, technologiquement parlant, une unité spéciale de la Silicon Valley, spécialisée dans les délits « technologiques ». McFarlin, bien imprudent, allait livrer lui-même son adresse IP aux enquêteurs en connectant ses idevices dérobés à iTunes et donc au net. Il s’en est suivi son arrestation le 2 août dernier. Présenté comme un bon gars par son entourage, il se repend de son méfait et aurait écrit une lettre d’excuses à la veuve de Steve Jobs.

La caution de ce cambrioleur pas très gentleman a été fixée à 500 000 dollars. Il sera jugé le 20 août.

Advertisements

Ailleurs sur le web