Test Darksiders 2, le retour du cavalier de l'Apocalypse

Test Darksiders 2, le retour du cavalier de l’Apocalypse

Après un premier opus aussi réussi que surprenant il y a 2
ans, Darksiders est de retour pour un second épisode tout aussi détonnant.

Publié le 12 septembre 2012 - 12:00 par La rédaction

Le tout premier Darksiders nous plaçait dans la peau de War,
un des quatre cavaliers de l’Apocalypse, qui avait dû batailler ferme pour
rétablir la vérité après avoir été condamné à 100 ans de solitude pour avoir
précipité la fin de l’Humanité. Ce second opus, qui arrive en boutiques 2 ans
après son aîné, nous propose d’incarner Death, qui va tout mettre en oeuvre pour
réhabiliter son frère.

Publicité

On retrouve donc un système de jeu déjà étrenné, avec une
vue à la troisième personne et un système de combats basé principalement sur le
corps à corps. Ces derniers ont d’ailleurs gagné en dynamisme, et même si l’on
déplore encore quelques petits bugs de caméra ici et là, l’ensemble se laisse
jouer avec un plaisir non dissimulé. Ce second opus se veut évidemment plus
grand, plus riche que son prédécesseur, et outre des environnements parfois
gigantesques (mais un peu vides…), Darksiders 2 propose un système d’armements
autrement plus profond que son aîné. On passera ainsi beaucoup (beaucoup) de
temps à gérer son inventaire, préférer une arme à une autre, faire évoluer les
compétences de son personnage et le vêtir de capes, bottes, gants et autres
armures récupérées sur le champ de bataille. Un petit côté personnalisation un
peu contraignant parfois, mais qui permet néanmoins de façonner Death selon son
bon vouloir.

Outre les combats, Darksiders 2 réserve évidemment son lot
d’exploration et de donjons. La maniabilité est relativement assistée, et
observer Death courir le long d’un mur avant de s’agripper à un rebord est un
pur régal. Quelques énigmes sont évidemment de la fête, mais rien de trop
compliqué dans l’ensemble, tout comme de nombreuses quêtes annexes, que l’on ne
saurait que trop vous conseiller de compléter, ne serait-ce que pour s’évader
un peu de la trame narrative, un peu poussive. En effet, s’il fourmille littéralement de qualités,
Darksiders 2 ne brille pas vraiment par son scénario. La narration est un peu
mollassonne, et l’intrigue ne parvient jamais vraiment à décoller
malheureusement, malgré de nombreuses zones à explorer et quelques personnages
assez charismatiques. Certains lui trouveront des faux airs de Zelda (pour les
phases de donjons), d’autres y noteront quelques références à God of War
(notamment pour les combats), sans oublier un soupçon de Soul Reaver (pour le
côté gothique), que des références de premier choix donc.

Techniquement, l’ensemble est plutôt réussi d’un point de
vue « level design », mais si les environnements ouverts offrent une
belle sensation de liberté, ces derniers souffrent également d’un manque de
détails flagrant, et traverser une vaste plaine ne procure pas vraiment les
sensations voulues. Idem, on remarque rapidement quelques bugs d’affichage, une
caméra un peu flemmarde et surtout quelques freezes, sans gravité certes, mais
jamais très agréables. Côté durée de vie, il faut compter une bonne vingtaine
d’heures pour découvrir le fin mot de l’histoire, et un peu plus si on a la
bonne idée de s’occuper des quêtes annexes.


Verdict

Darksiders est un excellent représentant du genre
aventure/action, même s’il pourra dérouter les fans du premier opus. Sa gestion
(trop ?) poussée de l’équipement, ses quelques petits soucis d’affichage
et de caméra en feront pester certains, mais ces quelques tares n’empêchent pas
le titre de THQ de se hisser au rang de hit. Sans conteste l’un des
indispensables de cette année 2012, mais on espère toutefois que le prochain opus bénéficiera d’une technique un peu plus travaillée.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *