DxO Optics Pro V8 : tout pour la qualité d'image

DxO Optics Pro V8 : tout pour la qualité d’image

Après une version 7 de transition, DxO dévoile DxO Optics Pro 8, une nouvelle mouture qui apporte de nombreuses améliorations.

Publié le 24 octobre 2012 - 15:01 par La rédaction

Après une version 7 sortie l’an dernier qui apportait au logiciel la vitesse d’exécution et la stabilité auxquels ses utilisateurs ont droit, la version 8 est bien plus ambitieuse et les efforts se sont concentrés sur l’amélioration de la qualité d’image. DxO considère en effet la version 7 comme une base saine pour ajouter ensuite de nouveaux outils, que nous avoyons apparaître aujourd’hui.

Les nouveautés apportées par DxO Optics Pro V8 peuvent se décomposer en deux grands groupes : les nouveautés qui ont trait à la qualité d’image, le fonds de commerce du logiciel, de nouveaux outils faisant leur apparition comme le DxO Smart Lighting ou une nouvelle gestion de la netteté, et les améliorations apportées à son ergonomie avec une interface largement revue, un nouveau design, des palettes réorganisées et l’arrivée d’un module d’impression.

DxO Optics pro 8
Publicité

 

DxO Smart Lighting

 

Jusqu’alors, DxO Optics Pro offrait un système de correction de l’exposition qui agissait de façon exclusive sur l’illumination des ombres, le DxO Lighting. Aujourd’hui, la richesse des informations enregistrées par les fichiers bruts des appareils dotés de capteurs récents à la dynamique extrêmement large, environ 14EV, nécessitait un nouvel outil qui permettait de récupérer les informations contenues dans les hautes lumières. Le DxO SMart Lighting agit à la manière d’un D-Lighting Nikon ou du DRO Sony (Dynamic Range Optimizer). On reste ici dans la philosophie des corrections DxO, optimisées pour un fonctionnement automatique. Les résultats sur les images de démonstration sont spectaculaires, mais la démonstration poussée à l’extrême aboutit parfois à un rendu HDR caricatural. Le réglage de l’outil Smart Lighting s’opère sur trois niveaux de puissance, chacun étant ensuite modulable par le curseur, en complément de l’algorithme automatique qui donnera le plus souvent une bonne base de travail. On peut donc désormais récupérer des informations à la fois dans les hautes et les basses lumières sur une photo extrêmement contrastée. Le rendu des basses lumières rehaussées est optimisé par l’excellent traitement du bruit  opéré par DxO Optics Pro depuis la version 6, un traitement opéré à la fois sur le RAW et ensuite lors de dématriçage.
On retrouve les coulisses de ce réglage dans le nouveau panneau de gestion de l’exposition qui permet d’agir sur l’image divisée en quarts de ton. On peut agir manuellement plus facilement sur les hautes lumières, les ombres, les noirs…
En matière de gestion de l’exposition, de précision du réglage et de récupération des hautes comme des basses lumières, Lightroom 4 a fixé la barre très haute. Aujoud’hui, DxO, avec la version 8, se met au moins à niveau.

A guauche, la photo d’origine, à droite, la photo retraitée par DxO Optics Pro 8 et l’action du « smart lighting » sur les informations récupérées dans les hautes lumières. (Merci Thimothée pour la pose)

 

Gestion des couleurs saturée

Principale nouveauté fonctionnelle de la version précédente, la protection des couleurs saturées est ici encore améliorée avec un nouveau mode automatique qui permet une meilleure préservation des textures sur les couleurs extrêmement vives habituellement saturées.

Rendu des couleurs par défaut

DxO a également travaillé le rendu des couleurs de certains boitiers, les plus populaires parmi les utilisateurs de DxO Optics Pro qui bénéficieront d’une modélisation des couleurs plus fine avec des tons chair plus fidèlement restitués, des couleurs généralement plus vraies et pour ceux qui utilisent le logiciel de simulation de film sur ds images RAW et au sein même de Optics Pro, une meilleure fidélité des rendus de films. Les boitiers qui bénéficieront de ce traitement de faveur sont les Canon EOS 7D, EOIS 5D et EOS 5D Mark II et les Nikon D90, D5000, D7000, D700 et D3.

Netteté de l’optique…

DxO Optics Pro V8 analyse le contenu de l’image pour améliorer l’application de son masque de netteté, un outil qui était déjà une grande force des versions antérieures. La version 8 revoit son fonctionnement en applique l’accentuation des fins détails de façon plus intelligente ce qui permet de corriger les effets de halo et de prévenir l’apparition d’artefacts qui donnent un rendu peu naturel aux photos à la netteté poussée dans ses valeurs extrêmes. Le résultat paraît très performant sur les photos témoins de la présentation DxO. Cet outil revisité prendra toute sa dimension avec les nouveaux reflex numériques très haute définition comme le Nikon D800 qui a un rendement naturel assez mou.
Ce système d’analyse du contenu de l’image permet à DxO d’améliorer également la correction des franges colorées provoquées par les aberrations chromatiques, en conjonction avec la modélisation des couples appareil-objectif.

En haut, la photo d’origine, en bas, la photo traitée par DxO Optics Pro avec l’outil netteté de l’optique poussé aux extrêmes.

 

Correction du bruit

Les efforts des ingénieurs de DxO Labs se sont portés sur la correction des pixels chauds ou morts sur les photos prises en pose longue. Cette nouvelle gestion du bruit rend les applats plus homogènes et moins granuleux.

 

Interface, ergonomie : les améliorations de DxO Optics Pro 8

Deux bonnes nouvelles, la première pour les utilisateurs de la version Windows, qui bénéficie d’une interface largement revue, plus ressemblante à la version Mac. L’écart de présentation entre les versions Mac et Windows des anciens DxO OPtics pro était assez déroutante. La seconde bonne nouvelle est à destination des « Mac users » qui vont pouvoir bénéficier de la compatibilité de DxO Optics Pro V8 avec l’affichage Retina des MacBook Pro. Pas mal si l’on considère que Photoshop CS6 n’est toujours pas compatible Retina…
L’interface de la version 8 est revue et le flux de production bénéficiera de la réorganisation des palettes et des outils, répartis non plus par type de correction, mais par fréquence d’utilisation, la garantie de ne pas avoir à descendre systématiquement dans les derniers outils pour accéder à un réglage courant. Ajoutez à cela le nouveau système de maîtrise de l’exposition par quarts de ton, la productivité devrait s’en trouver largement améliorée. L’enjeu étant d’arriver au meilleur résultat le plus rapidement possible.
Dans le même esprit, la visualisation de l’effet du débruitage est désormais actif à tous les niveaux de zoom et non seulement aux affichages 75% et 100% comme avant. Les utilisateurs de DxO sur Mac pourront prévisualiser les autoréglages.
Enfin, on pourra passer d’une photo à une autre plus rapidement sans que l’ordinateur ait de calcul à faire avec un système de cache disque paramétrable, qui dispense l’utilisateur de l’attente pendant que l’ordinateur recalcul l’affichage de la nouvelle image.

 

Module d’impression

On pourra désormais imprimer ses photos RAW développées directement depuis DxO Optics Pro 8, sans avoir à les exporter au préalable. Le module permettra de créer des planches contacts. Pour l’heure, la gestion de la couleur est laissée aux bons soins du pilote de votre imprimante et pour imprimer avec vos profils ICC depuis DxO Optics Pro, il faudra attendre une mise à jour puisque la gestion de profils d’imprimante figure au calendrier des améliorations à venir pour cette version 8.

Prix et disponibilité

DxO Optics Pro 8 sera disponible dans les jours qui viennent. Le logiciel est toujours décliné en deux versions absolument identiques, aussi puissante l’une que l’autre, dotée des mêmes outils, mais selon le modèle d’appareil que vous utilisez (appareils pros et semi-pros), vous devrez passer sur la version Elite vendue 299 euros TTC contre 149 euros pour la version Standard. Les deux versions sont en promotion pour leur lancement (comme très souvent) aux prix de 99 euros pour la version Standard et 199 euros pour la version Elite. Les utilisateurs actuels de DxO Optices Pro 7 se verront proposé un prix spécial de mise à jour à moins qu’ils aient acheté la version 7 après le 1er septembre 2012 auquel cas, la migration vers DxO Optics pro 8 sera gratuite.
Cette nouvelle version de DxO Optics pro est vraiment séduisante de par ses nouveaux outils et son efficacité pour tirer le meilleur de nos photos RAW mais nous aurions adoré voir DxO greffer la retouche localisée pour rendre le recours à Photoshop encore plus rare et étoffer un peu plus le module de gestion de la photothèque aujourd’hui au stade d’ersatz qui ne permet pas de se passer d’un catalogueur comme Bridge, Lightroom, Aperture, etc. Justement, quid de la possibilité offerte par DxO Optics Pro de converser avec Lightroom ? Ce n’est plus au programme depuis la version 4 et ce n’est pas prévu du fait des changements opérés par Adobe dans Lightroom. Enfin, les possesseurs de boitiers Fujifilm X-Pro1 ou X-E1 ne pourront pas utiliser DxO Optics Pro qui ne sait pas interpréter les données du capteur Xtrans, un capteur coiffé d’une matrice différente de l’habituelle matrice de bayer.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *