Les ventes de l'iPhone 5 sont moins élevées qu'attendu

Les ventes de l’iPhone 5 sont moins élevées qu’attendu

Les ventes d’iPhone 5 enregistrées par Apple semblent ralentir et sont
redescendues au niveau de l’iPhone 4S, un iPhone « de transition ». Mais
qui de l’engouement du public pour le smartphone Apple, de la politique
de distribution, du prix de vente ou des difficultés de production est
responsables de ce tassement des ventes ?

Publié le 19 octobre 2012 - 10:45 par La rédaction

Alors qu’Apple avait enregistré deux millions de commandes de son nouvel iPhone 5 dans les 24 heures qui ont suivi l’ouverture des réservations. Aujourd’hui, l’engouement pour le smartphone Apple accuse un sérieux coup de frein. Avec un design revu, un nouvel écran 4,, une finesse record et une vélocité saluée par tous, on prédisait un avenir commercial flamboyant à l’iPhone 5 avec des ventes attendues bien supérieures à celles de l’iPhone 4S qui avait déçu bon nombre de consommateurs qui attendaient un terminal plus novateur. Or aujourd’hui, selon une source chez l’opérateur Orange citée par le quotidien économique Les Echos, les ventes de l’iPhone 5 seraient retombées au niveau de celles de l’iPhone 4S quand il a été lancé alors que le smartphone Galaxy S III, le grand challenger de l’iPhone, voit ses ventes rester stables malgré le lancement du smartphone Apple. Alors, si tout le monde s’accorde à trouver de grandes qualités à l’iPhone 5, son prix de vente, encore plus élevé que la précédente génération, a de quoi freiner les ambitions de renouvellement de son portable puisqu’à 679 euros en 16 Go seulement, il est cinquante euros plus cher que le 4S et aujourd’hui, les habitudes étant prises, on regarde plutôt du côté des versions 32Go (789 euros) et 64Go (899 euros ) pour pouvoir installer ses nombreuses applications ainsi que le contenu, photos, vidéos, podcasts, etc… Pour être à l’aise, on frôle le ticket à 1000 euros. Ce nouveau prix de vente tombe assez mal pour les ventes de l’iPhone 5 puisqu’il coïncide avec le passage de nombreux abonnés sur des forfaits low-cost (Sosh, B&You, Free Mobile, etc…), qui n’incluent pas de subvention sur l’achat du smartphone. Ce paramètre freine d’autant plus les ventes de l’iPhone 5 par rapport aux années précédentes.

Avec un prix de vente souvent prohibitif, l’iPhone 5 n’aura pas été aidé non plus par un ramdam négatif autour de son application de géolocalisation Plans qui souffre de défauts de jeunesse, mais a remplacé Google Maps, comme du bruit autour de son module photo et du phénomène de franges violettes et d’empâtement des hautes lumières.

Un facteur industriel est également en prendre en considération dans l’explication de ces ventes décevantes : l’iPhone 5 est plus complexe à assembler que ses prédécesseurs et est livré avec parcimonie aux opérateurs à tel point que Free Mobile a dû stopper la prise de commandes du smartphone ne pouvant plus les honorer dans un délai décent et proposer de rembourser les consommateurs mécontents. Apple pourrait également avantager son propre réseau de distribution en approvisionnement d’iPhone 5 en livrant plus rapidement ses propres Apple Store que les opérateurs.

Il est encore un peu tôt pour faire les comptes et les analystes et autres services de presse des fabricants nous ferons certainement état des chiffres de vente après les fêtes de Noël, quand le plus gros de la carrière commerciale des smartphone-icônes sera déjà derrière eux.

Advertisements

Ailleurs sur le web