Canon Powershot S3 IS vs S5 IS

Canon Powershot S3 IS vs S5 IS

Les bridges ont de beaux jours devant eux avec leurs amplitudes de focales si pratiques. Ainsi, le Canon PowerShot S5IS, avec son zoom 12x stabilisé, vient-il remplacer le S3IS. Alors, quoi de neuf sur cette nouvelle version de la recette éprouvée du bridge à la sauce Canon ? Faisons le tour des améliorations.

Publié le 31 mai 2007 - 0:00 par La rédaction

Gain de 2 mégapixelsCanon Powershot S5 IS

Publicité

Signe des temps, la résolution du S5IS passe à 8 mégapixels contre 6 mégapixels pour le S3IS. Le gain est raisonnable, c’est plus sage afin de contenir le bruit sur un capteur si petit en taille (l’essentiel des bridges possèdent des capteurs de seulement 1/2,5″ de diagonale !). La qualité des photos ne devrait pas s’en trouver bouleversé, mais cette évolution est logique. 8 mégapixels constituent un bon compromis.

Arrivée de la détection des visages sur le S5 IS
Parmi les technologies à la mode en 2007, c’est la « détection des visages » qui fait son apparition sur le Canon S5 IS. L’appareil, assisté par le processeur DIGIC III très puissant détecte les visages et y concentre la mise au point, l’exposition et l’exposition au flash. Ce petit coup de pouce automatique est très pratique au quotidien. C’est Fuji qui avait initié le monde de la photo à cette technologie depuis la Photokina 2004 ! Notons qu’intelligemment, le S5IS permet de bénéficier de la détection des visages aussi en mode vidéo. Le mode vidéo est d’ailleurs un point fort du S5 IS.
Pas de RAW sur le S5 IS, un peu décevant...
L’intelligence logicielle du Canon S5 IS
Autre technologie intelligente, au service de la photo, qui voit le jour sur le Canon Powershot S5 IS : la correction de l’effet yeux rouges. Cette correction est logicielle. Elle évite le post-traitement fastidieux que l’on doit souvent faire pour faire retrouver forme humaine au regard de nos chers lapins russes pris dans le faisceau du flash. La correction des yeux rouges s’active automatiquement lorsque la détection des visages est sélectionnée.

Apparition d’un sabot flash
Certains possèdent un reflex pro ou semi pro avec divers accessoires dont des flash et, en achetant un bridge comme le remplaçant du S3 IS, espèrent pouvoir utiliser ces flash. C’est désormais le cas avec le S5 is qui offre l’agrément d’un véritable sabot pour flash externe. Il est clair qu’une photo prise avec un bon gros flash Speedlight 580 EX II sera plus réussies qu’une autre prise avec le petit flash intégré.

La puissance du DIGIC III
Aujourd’hui, la qualité des photos d’un appareil dépend non seulement de la qualité de son objectif ou de la conception de son capteur, mais également pour beaucoup de la puissance de traitement du processeur qui anime l’appareil. En effet, le processeur est responsable du traitement de l’image, de l’atténuation du bruit, de la gestion et de la restitution des couleurs, etc… SI le S3IS possédait le processeur Canon DIGIC II, c’est le DIGIC III qui booste les performances du S5 IS. On devrait y gagner sur une foultitude de points à commencer par la qualité d’image (on passe d’ailleurs à 1600 ISO en sensibilité maximale contre 800 ISO sur le S3IS), en réactivité, en autonomie etc… De ce point de vue là, le S5 IS est une évolution du S3 IS, mais une évolution salutaire.

Bedl écran articulé de 2,5"Un écran de 2,5″
Le Powershot S3IS souffrait d’un écran trop petit, avec seulement 2″. Certes, il est articulé ce qui est très utile, mais 2″ en 2007, ce n’était plus possible. Ainsi, l’écran prend une taille plus normale pour notre temps sur le Powershot S5IS avec 2,5″ de diagonale et 207 000 pixels de résolution. Heureusement, il reste articulé.

Toujours l’excellente optique… mais toujours pas de réel grand angle…
L’objectif est le point fort du S5 IS, comme il fut celui du S3IS, du S2IS ou du S1IS. Il offre un range généreux, avec 12x et une véritable stabilisation optique Canon IS très efficace sur au moins deux valeurs d’exposition. Hélas, l’extrémité grand angle est bien trop étriquée pour notre goût : en équivalent argentique, l’objectif du S5 IS correspond à un 36-432mm. Nous aurions autant aimé une position téléobjectif plus modeste mais un grand angle de 28mm. La qualité de l’objectif n’est plus à démontrer : il est au niveau d’une petite série L Canon. Mais un peu plus d’audace en grand angle nous aurait pleinement satisfaits.

Toujours pas de format RAW : Ecoute-t-on les consommateurs ?!
Deuxième petit regret, autre amélioration attendue qui ne sera pas au RDV du S5 IS : l’enregistrement des photos au format RAW. De nos jours, sur un APN expert, ce format est un « must have » et Canon se borne au JPEG sur ce bridge, une fois de plus. Cette économie (seulement limitée par le firmware de l’appareil), est certainement là pour valoriser un peu plus le segment des reflex entrée de gamme, mais elle est regrettable. Beaucoup apprécient de shooter en RAW de temps à autre pour une meilleure liberté de retouche ou juste pour le plaisir de développer soi-même ses photos dans sa propre chambre blanche. Faudra-t-il espérer une MAJ du firmware pour photographier en RAW avec le S5 IS ou faudra-y-il carrément attendre un éventuel Canon S6IS ?!



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *