L'industrie du X se tourne vers le Blu-Ray

L’industrie du X se tourne vers le Blu-Ray

Une des plus grosses sociétés éditrice de films pornographiques américaine a annoncé vouloir lancer ses nouveaux films au format Blu-Ray. Encore un coup dur pour Toshiba, perdant l’exclusivité avec le seul allié qui pouvait encore faire pencher la balance en sa faveur. C’est du moins ce que tente denous faire penser le consortium BluRay. Dans cette guerre des formats, tout semble affaire de communication, voire de bonne « propaganda ».

Publié le 15 janvier 2008 - 0:00 par La rédaction

Publicité

L’industrie du X s’essaye au BR-D

Pourtant très tôt acquise à la cause HD-DVD, surtout devant un Sony auparavant très frileux de voir apparaître des films pornographiques sur son format à laser bleu, l’industrie pornographique, mue par la société Digital Playgroud (80% des parts de marché aux USA), annonce la fin de l’exclusivité avec le HD-DVD et parle de porter une de ses plus grosses productions (Pirates), prochainement en BR-D. Elle suit une voie presque logique, empruntée il y a moins d’un an par une autre société éditrice de films pour adulte, Vivid production.

Le format HD-DVD perd une bataille, mais toujours pas la guerre
Il semble que Sony ait donc bien appris les leçons des erreurs passées et laisse maintenant un peu de lest. En effet, l’industrie du porno a souvent pesé très lourd dans certains choix de standard à adopter, comme le PC au Japon, où bien celui du VHS (soutenu par JVC) contre le Betamax (format de bien meilleure qualité, développé par Sony, mais pas soutenu par l’industrie du X). Playgroud Digital n’a en revanche, nullement dit vouloir abandonner le format HD-DVD, donc bien malin celui qui pourra prévoir l’issue de cette longue guerre des formats HD, surtout à une période où Toshiba propose des offres plus qu’intéressantes avec ses lecteurs HD-DVD en dessous de la barre des 180$ (120 euros), accompagnés de 5 films. Le salut viendra t-il de la démocratisation des lecteurs hybrides ? Le consomateur pourrait-il enfin s’y retrouver si cette concurrence se retrouvait dans une baisse des prix des lecteurs ou des disques et dans une offre plus motivée ? Mais hélas, pour l’heure, cette guéguerre semble plutôt paralyser les acteurs de la haute définition.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *