DxO Labs invente le "mégapixel perçu"

DxO Labs invente le « mégapixel perçu »

Quid du « perceptual megapixel » (ou mégapixel perçu), nouvelle unité de mesure de la définition perceptible d’une photo, par DxO.

Publié le 17 décembre 2012 - 15:02 par La rédaction

Le mégapixel perçu, ou « perceptual megapixel », voici une nouvelle unité de mesure de la définition perceptible d’une photo, ou dans le cas présent, d’un appareil et de son objectif, comme élaboré par DxOMark, le site de benchmark de la qualité d’image des appareils et des objectifs. Le site mesure les performances des objectifs en termes de paire de ligne restitiuées par mm, de transmission (T-stop), de vignetage ou d’aberrations chromatiques. Pour les capteurs, DxOmark mesure la profondeur de couleur du capteur, sa plage dynamique ou encore sa sensibilité et sa qualité basse lumière avec son rapport signal/bruit. Avec le « perceptual megapixel », DxOMArk met au point un nouvel indicateur de piqué, plus parlant que le chiffre des paires de lignes par mm et plus adéquat que le critère mis en place il y a une bonne dizaine d’années via son logiciel de mesure DxO Analyzer, le BxU.

L’avantage du « mégapixel perçu » est d’être exprimé en « mégapixels », une unité parlante, connue du grand public. Il permettra aussi de mesurer instantanément la performance d’un objectif selon l’appareil sur lequel il est monté. Mais surtout, cette mesure est corrélée avec la perception visuelle humaine de la qualité photo et de la définition qui peut parfois d’ailleurs se faire piéger dans le distinguo entre résolution, accentuation et impression de netteté. Ce critère prendra donc en compte l’ensemble des critères et des défauts optiques des objectifs pour aboutir à une note globale. DxO Lbas aimerait que cette nouvelle mesure remplace les scores MTF largement utilisés dans l’industrie jusqu’alors. La démarche va dans le bon sens puisqu’elle prend en compte l’oeil humain et s’éloigne de la science pour la science.

Nous allons pouvoir nous amuser à effectuer des comparaisons plus compréhensibles et plus parlantes entre les différents couples appareil-objectif avec le « perceptual megapixel » qui pourra quantifier l’impact de la définition du capteur et de la qualité optique intrinsèque de l’objectif pour aboutir à une définition perçue de l’ensemble appareil objectif. Ainsi, avance DxO Labs, un Canon EOS 5D Mark III, doté d’un capteur 21 mégapixels, donnera une définition perçue de 17,2 perceptual megapixels avec un objectif Sigma 35mm F1.4 DG HSM contre 15,2 mégapixels perçus avec un Zeiss Distagon T* 35mm f/1,4 ZE.

Fort de sa base de données de 2700 tests d’appareils-objectifs, DxO Labs avance une perte moyenne de 45% du potentiel des appareils photo du fait de l’objectif. Voilà qui est de la trouvaille de l’étude menée qui arrive à un effet d’annonce pour lancer le « perceptual megapixel » : amis photographes, vous perdez 45% des mégapixels de vos capteurs à cause de vos objectifs.

La recette qui permet à DxOMark de concocter le score final du « Perceptual Megapixel » n’a pas été rendue publique et on aimerait bien y jeter un oeil tout de même pour en valider la perspicacité, même si l’on peut faire confiance à DxO pour avoir bien mijoté sa recette, qui utilise d’ailleurs les fruits des avancées du CNES en matière d’optimisation de la qualité d’image satellite.

Publicité

Ailleurs sur le web