Comme le rapporte le journal nippon Asahi Shimbum, le module conçu par Toshiba serait en forme de cube à l’inverse de l’appareil photo plénoptique Lytro plutôt allongé. Il sera composé de 500 000 microlentilles de 0,03mm de diamètre chacune qui feront face un capteur de 5×7 mm. Le module mesurerait environ 1 cm de côté de forme cubique. Le concept repose sur le fonctionnement de l’oeil de nombreux insectes. Ces cotes lui permettraient d’être intégré à un gros smartphone ou à une tablette. Pour fonctionner et permettre de choisir la profondeur de champ et le sujet net sur la photo a posteriori, il faut laisser le soin au logiciel d’enregistrer l’image captée par chaque microlentille séparément. Alors, on dispose de toutes les données pour que sur notre photo, tous les plans soient nets, ou au contraire pour créer un effet de flou d’arrière-plan derrière un sujet net afin de le mettre en valeur. Cette technologie, comme apparue sur le Lytro est balbutiante et la qualité d’image encore plutôt expérimentale, mais les fabricants d’appareils photo et de terminaux mobiles ont une jolie piste de développement de nombreuses applications avec ce concept.

Choisir le sujet net et sa profondeur de champ à posteriori dans sa photo, un luxe incroyable il y a peu qui est désormais une réalité depuis la sortie du Lytro, mais qui pourrait bien arriver dans nos smartphones grâce à ce nouveau module Toshiba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here