Fuji X100S : un X100 à capteur X-Trans

Comme on pouvait le pressentir ou en rêver pour les plus grands fans de la série Fuji-X, c’est un capteur de type APS-C CMOS X-Trans qui équipe le Fujifilm X100S. L’appareil bénéficie donc des avancées technologiques en matière de capteur implémentées précédemment dans le très haut de gamme X-Pro1, puis dans le X-E1. Le capteur X-Trans, est un capteur CMOS de taille APS-C, dérivé de l’imageur 16,3 millions de pixels que l’on connaît pour équiper une grosse partie des reflex numériques et des compacts hybrides du marché, mais auquel les ingénieurs de Fujifilm ont ôté le filtre optique passe-bas. Il en résulte un piqué optimal et pour lutter contre l’apparition éventuelle de moiré, Fujifilm a intelligemment remplacé la matrice de Bayer constituée de seulement 4 blocs de couleur, par une matrice plus complexe, à faible fréquence de répétition des motifs, dont le schéma est constitué de 36 blocs. On connaît la qualité d’image du capteur X-Trans sur les X-Pro1, et on ne peut que se réjouir de voir Fujifilm porter cette technologie sur le X100S. Le dossier de presse Fujifilm insiste sur le fait qu’il s’agit de la deuxième génération de capteurs CMOS X-Trans. Il semble que le capteur en lui-même soit resté le même, mais il est désormais piloté par un nouveau processeur EXR II. Cela permet de lutter encore plus efficacement contre l’apparition de bruit avec un gain de 30% par rapport à son prédécesseur. On peut donc s’attendre à une très grande qualité d’une image avec le Fujifilm X100S en lumière naturelle, même par faible luminosité, avec un excellent compromis entre un bruit réduit et un piqué qui restera élevé. À confirmer lorsque nous pourrons tester le X100 S.

fuji x100s

 

Fuji X100S : AF hybride intelligent

 

C’est un nouveau système autofocus qui équipe le X100S pour l’offrir, selon Fuji, une vitesse de mise au point  record, puisque celle-ci serait réalisée en seulement 0,08 seconde. Fujifilm utilise pour cela un autofocus à détection de phase. Mais l’autofocus du X100S est en réalité hybride. En détection de phase, il aboutira à une mise au point éclair, et passera, selon le type de sujets, les conditions de luminosité et de contraste, sur un autofocus à détection de contraste, plus précis. C’est également le nouveau processeur EXR II qui permet d’animer l’appareil en lui assurant la puissance de calcul suffisante pour démarrer en une 0,5s seulement, réduire l’intervalle entre deux photos a 0,5s et permettre aux X100S d’atteindre une cadence de prise de vue en rafale de 6 i/s sur 29 images consécutives en pleine résolution. Selon Fujifilm, le délai de latence au déclenchement réduit à 0,01seconde.
fuji x100s

 

Fuji X100S : Viseur hybride et assistance MAP type télémétrique

On retrouve avec plaisir le fameux viseur hybride que nous avons découvert et apprécié dans le X100 qui s’enrichit sur cette nouvelle génération de compact premium d’un type d’affichage appelé « Digital Split Image ». Ce nouveau système n’est pas sans rappeler l’expérience que l’on connaît sur un appareil photo télémétrique comme un Leica M. En effet, sur le Fujifilm X100S, en mise au point manuelle, pour affiner la netteté du sujet, deux images sont superposées et se rejoignent jusqu’à n’en faire plus qu’une quand la mise au point est parfaite. Ce nouvel affichage d’assistance à la mise au point manuelle s’avérera fort utile en proxiphoto, ou lorsque l’on veut réduire au maximum la profondeur de champ, chose d’autant plus facile que l’objectif est lumineux et le capteur de grande dimension. La définition du viseur lorsqu’on opte pour sa version électronique est de 2,36 millions de points. L’affichage hybride cumule l’avantage d’une image représentée par le viseur optique, confortable et lumineux, et l’incrustation d’informations électroniques, à commencer par les paramètres de prise de vue comme la vitesse d’obturation, l’ouverture du diaphragme, la sensibilité ou la correction d’exposition. Mais cela peut également être l’incrustation en surimpression de l’histogramme des tonalités. On peut donc piloter le Fujifilm X100S sans quitter l’oeil du viseur. Fujifilm a revu la gestion énergétique de son viseur avec un nouveau mode de sécurité qui coupe l’affichage électronique pour garantir une autonomie de 300 images par charge de batterie au X100 S.

fujifilm x100s

 

Fuji X100S : Objectif Fujinon 23mm f/2

On retrouve dans le logis X100S une des pièces maîtresses qui a fait le succès du X100 : l’objectif Fujinon 23mm à la luminosité généreuse, avec une ouverture maximale de f/2. Cet objectif est salué pour sa qualité optique et servait avec brio l’ancien capteur 12 mégapixels du X100. Nous ne nous faisons aucun souci quant à sa capacité à restituer les plus fins détails susceptibles d’être capturés par le nouveau capteur CMOS X-Trans II de 16 mégapixels du X100S. Ce 23 mm, alimentant un capteur APS-C, correspond une focale de 35mm, ultra traditionnelle… On aura tôt fait de comparer le Fuji X100 S au Sony RX1, deux appareils photo compacts à focale fixe équipés d’un 35mm ouvert à f/2, un full frame et un APS-C X-Trans. La formule optique de l’objectif du Fuji X100S est constituée de 8 éléments répartis en 6 groupes et comporte des lentilles double-face à haut indice de réfraction. Afin de limiter le flair et les images fantômes, les opticiens Fujinon appliquent un revêtement HT-EBC aux lentilles. Pour soigner le velouté des flous d’arrière-plan, le diaphragme du Fujifilm film X100S est constitué de 9 lamelles circulaires. La distance minimale de mise au point de l’objectif en macro est de seulement 10 cm du sujet et le Fujifilm X100S est équipé d’un filtre à densité de gris intégré qui réduit la luminosité qui rentre dans la chambre du capteur de 3 diaph.

 

Fujifilm X100S et photo créative

Comme à l’accoutumée chez Fujifilm, les modes de simulation de films sont à l’honneur sur le X100S. On pourra retrouver le rendu des films que vous avez certainement aimés à votre époque argentique, ou que vous pourrez découvrir si vous êtes un photographe « digital native », comme les Velvia, Astia ou Provia. Comme sur le X-Pro1, les nouveaux modes PRO Neg standard et PRO Neg Hi font leur entrée au catalogue des modes film avec la possibilité d’appliquer des filtres colorés sur les photos prises en noir et blanc. Mais aussi, le Fuji X100S offre un mode de surexposition et différents filtres créatifs comme :
– Couleur pop
– Sténopé
– Effet maquette
– Ton dynamique
– Couleur partielle
– High-key et Low-key
– Soft focus

 

Fuji X100S : Vidéo Full HD

Le Fujifilm X100S accède à l’enregistrement vidéo en Full HD et en 60p. Le niveau de qualité atteint 36 Mbps. Lors de l’enregistrement vidéo, l’appareil travaille sur l’image pour l’optimiser, et le photographe vidéaste conserve l’accès aux modes disponibles en photo. Ainsi, sur une vidéo, on peut également appliquer un mode de simulation de film, ajuster la balance des blancs, et adopter l’ouverture du diaphragme que l’on souhaite. Le nouvel autofocus intelligent hybride est également disponible en vidéo.

fujifilm X100S

 

Principales caractéristiques du Fujifilm X100S

– Capteur X-Trans CMOS II / APS-C / 16,3 mégapixels
– Objectif Fujinon 23mm f/2
– Autofocus hybride détection de phase / contraste / MAP en 0,08s
– Viseur hybride : EVF 2,36 millions de points / viseur optique
– Vidéo Full HD 1920 x 1080 pixels / 60p
– Ecran 2,8″ / 460 000 points
– Modes simulation de films et filtres créatifs
– Autonomie : 300 photos

fujifilm X100S

Fujifilm X100S : prix et disponibilité

Le Fujifilm X100S sortira dans le commerce fin février 2013 et sera proposé au prix de 1149 euro TTC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here