Le Nikon D60 en détails

Le Nikon D60 en détails

Nikon vient d’annoncer un tout nouveau reflex numérique amateur qui
prendra les traits du D60 : capteur 10 méga pixels et système
antipoussière assurent l’essentiel et pour les extras, il faut regarder
du côté  du menu « quick retouch » et des capacité de retouche
intégrées au boîtier pour une simplicité et un plaisir d’utilisation
qui a été au centre des préoccupation des ingénieurs Nikon. Voic la présentation détaillée du Nikon D60.

Publié le 30 janvier 2008 - 0:00 par La rédaction

Publicité
Processeur EXPEED du Nikon D60
Le Nikon D60 vient remplacer le D40/D40x. Pour ce faire, il adopte une résolution de 10,2 méga pixels et embarque le processeur de traitement d’image Nikon EXPEED qui devrait assurer une réactivité au top (allumage en 0,19s), une prise de vue en cadence à 3 i/s  (taille du buffer non communiquée) et une qualité d’image optimale. Côté sensibilité, le D60 atteindra les 1600 ISO en natif et une fonction pourra le pousser au 3200 ISO. Notons que, c’est assez rare chez Nikon, la sensibilité du capteur démarrera à 100 ISO et non 200 ISO ce qu peut aider à conserver une ouverture minimale dans certains cas et devrait donner une finesse d’image un peu plus nuancées.


L’impasse sur la visée directe

Le Nikon D60 stockera ses photos sur une carte SD ou SDHC comme le faisait déjà le D40 et comme le font à peu près tous les reflex amateurs compacts. Nous devrions voir apparaître des cartes SDHC de 32 Go sous peu. Dans ces conditions, difficile de regretter la compact Flash  moins d’avoir lourdement investit dedans pour un précédant appareil. L’écran LCD fait 2,5 » pour 230 000 pixels. Nul doute que sa qualité sera excellente (lisibilité annoncée sur 170°), mais nous aurions peut-être adoré y voir implanté le magnifique écran 3″ 900 000 pixels du D300. Mais il faut bien faire quelques concessions pour arriver à un appareil  » amateur « . Par contre, Nikon a fait l’impasse sur la visée directe de type Live View et il faut bien voir les choses en face : cette visée directe est désormais généralisée.  Le Nikon D60 adopte la batterie EN-EL9 qui assurera une autonomie, selon les normes CIPA, de 520 vues, confortable.  Le flash intégré, d’un nombre guide de 12, offrira une synchro 1/200s et le D60 reste  iTTL et compatible avec toute la gamme de flash Canon SB400, SB600, SB800 et SU-400.


Mesure matricielle 3D II mais service minimum sur l’AF

La mesure de l’exposition du D60 est, naturellement pour un  reflex Nikon, une masure de type matricielle 3D II, sur 420 zones ici. L’autofocus quant à lui , assure le service minimum avec seulement 3 collimateurs ce qui est vraiment limite à l’heure actuelle. Notons qu’un intelligent système de bracketting de la balance des blancs est accessible sur le D60.


Aspiration centralisée du Nikon D60

Le Nikon D60 semble inaugurer un nouveau système antipoussière puisqu’en plus des habituelles protections électrostatiques du capteur et du nettoyage du capteur par vibrations, le capteur du Nikon D60 sera protégé des poussière par la création d’un courrant d’air lors du basculement du miroir. C’est l’effet  » Venturi  » qui est crée ici par la conception de la chambre reflex dont les formes crée une dépression qui éloigne les éventuelles poussière du capteur. Sur le papier, nous avons envie de croire à ce système. Même si à lui seul il ne suffira pas à conserver un capteur propre, en conjonction avec les autres dispositifs c’est un mécanisme de plus pour en finir avec les capteurs sales.


Eye Sensor

Comment faire du neuf avec du vieux ou comment reprendre les bonnes idées  des confrères disparus ? Nikon introduit sur le D60? Le système « Eye Sensor » ! Le système qui éteint l’écran quand on s’approche du viseur. C’est simple et ça marche : voilà qu économise les batteries. Ceux qui ont déjà entendu parler de Minolta&S230; se souviennent que depuis longtemps, le système est utilisé sur les reflex et les Bridges comme le Dimage 7D dans les années 1999-2001. Minolta allait même plus loin déjà sur ses reflex argentiques Dynax, en imaginent le système « Eye Start » : un capteur sur la poignée détectait la main de l’utilisateur, un autre vers le viseur détectait l’a du visage vers l’oeilleton, ce qui faisait redémarrer l’appareil. Ne blâmons pas Nikon pour avoir repris une bonne idée de la concurrence.


Haro sur les possibilités créatrices

Là où le Nikon D60 se distingue, c’est sur le plan des possibilités de retouches intégrées qu’il offre. Nikon a mis l’accent sur la créativité. Dans le cas du D60, plus besoin de recourir à un logiciel de retouches : le menu QUICK RETOUCH est là pour offrir diverses possibilités de retouches qui vont du classique recadrage à l’application de filtres créatifs. Un nouveau filtre créatif crée des aigrettes autours des lumières, c’est le filtre étoiles. Il est aussi possible de jouer sur la saturation, le contraste ou l’exposition. De même, des filtres de couleurs permettent de renforcer ici le bleu, là, le rouge ou encore là, les verts. Portraits, photo de paysage etc. toute photo peut être améliorée directement dans le boiter Comme habituellement, le Nikon offre un filtre D-Lighting qui rétablit les contrastes, récupères les hautes lumières et débouche  les ombres. Ici, le D-Lighting actif agit dè la prise de vue, essentiellement pour récupérer les infos brûlées dans les hautes lumières, typiquement un ciel aux nuages délavés. Nikon a même placé un bouton dédié à l’ »Active D-Lighting » sur le D60. Le développement RAW embarqué est aussi au menu. Ses possibilités sont très limités car 4 critères seulement sont ajustable : la qualité, la taille de l’image, l’exposition et l’accentuation. L’intérêt est vraiment infime, pour ne pas dire nul. (QUID de la balance des blancs et de la récupération des hautes lumières ?).


Le Nikon D60, le même poids plume que le D40

Le Nikon D60 reste aussi compact que le D40. Il ne pèse que 495 grammes et sera disponible dès mars 2008. Si son tarif n’est pas encore connu, nous savons déjà qu’il sortira dans deux kits différents : l’un avec l’AF-S DX 18-55mm II et un autre avec la version stabilisée (VR) de ce 18-55mm. Un double kit serait aussi le bienvenu ! Il faudra attendre le prix de vente réel de ce Nikon D60 pour donner ses réelles chances car, par rapport à un Canon EOS 450D, son autofocus moins performant et son absence de Live View pourraient le pénaliser lourdement s’il était commercialisé au même tarif.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *