Et voici le Nikon D700 !

Et voici le Nikon D700 !

Voici le nouveau reflex Nikon de l’été : le D700. Mais, on dirait un D300 ! Etrange, son prisme est bien volumineux… Mais, il embarque un capteur full frame alors !

Publié le 1 juillet 2008 - 0:00 par La rédaction

Maj : Le Nikon D700 a été remplacé par le Nikon D800, retrouvez les infos sur le reflex Nikon D800

D700 : un Nikon Full Frame « prosumer »

Et oui, Nikon nous a bien tous surpris sur ce coup-là : alors qu’on pressentait un logique D90, remplaçant du D80, c’est finalement une sorte de D300 à capteur full frame que Nikon annonce aujourd’hui. La nouvelle est, il faut bien le dire, fort excitante car c’est la fusion de deux éléments chocs de la gamme Nikon : l’excellent boîtier du D300 qui a un coup d’avance sur ses concurrents et le non moins excellent capteur full frame 12,1 mégapixels qui équipait déjà le D3, le reflex pro Nikon. Alors qu’il y a peu, Nikon désavouait le CMOS et le full frame, ce retournement de situation nous fait plaisir.

Publicité

Traitement du signal
Les photos du capteur CMOS plein cadre (FX chez Nikon), dont on connaît la qualité, seront traitées par le moteur EXPEED qui assure la conversion analogique-numérique sur 14 bits. Le traitement des images se fait, lui, sur 16 bits. Le suspens est au plus bas quant à la qualité des images que peut produire le D700. On connaît les résultats du D3. D’ailleurs, le D700 aussi peut atteindre la sensibilité délirante de 25600 ISO en fonctin H, sensibilité énorme mais au rendu finalement exploitable.

Nettoyage intégré du capteur sur le D700
Le D700, par certains côtés, pourrait même paraître plus évolué que le D3 puisque, par exemple, il embarque le nettoyage intégré du capteur par microvibrations. C’est assez efficace et soulage l’utilisateur pendant les changement d’optiques auparavant synonymes de vilaines poussières sur le capteur. Malgré ce système, le temps de réponse au démarrage ne serait, selon Nikon, que de 40 ms. Rappelons qu’un nettoyage intégré du capteur est d’autant plus important sur un capteur 24×36 que sa surface est plus grande que celle d’un capteur APS-C, donc deux fois plus sujette aux poussières.

Vélocité
Côté vélocité, le D700 permet de shooter en rafale à 5 i/s et si cela ne suffit pas, pour lui donner un côté un peu plus sportif, il suffit de lui adjoindre la poignée grip MB-D10 accompagnée de son accus EN-EL4a de 1500 mAh pour le propulser à 8 i/s. (A cette cadence, on avoisine la démence du Canon EOS 1D mk III de 10 i/s mais sur un capteur full frame).

Le D700 reprend le meilleur de ses frères de sang
Le système autofocus est lui aussi bien connu puisqu’il s’agit du MultiCAM 3500 à 51 points (dont 15 en croix) qui assure une large couverture et d’ailleurs, les collimateurs ont été redistribués pour couvrir un peu plus la large surface du capteur FX.  C’est d’ailleurs ce capteur FX qui donne ce look un peu prohéminent au D700 du fait qu’il a fallu y intégrer un prisme aux dimensions du capteur 24×36 et encore, il ne couvre, c’est un peu décevant, que 95% de l’image réelle. C’est assez peu pour un reflex aussi pro. Le viseur peut afficher de manière modulable les points AF. Le D700 est aussi LiveView avec AF par détection du contraste (donc sans basculement du mirroir ni interruption de la visée lors de la mise au point. La visée directe se fait sur le très bel écran qui équipe déjà le D300 ou le D3 qui brille autant par une diagonale au goût du jour, de 3″, que par une résolution vraiment généreuse de plus de 920 000 pixels. C’est de la très haute définition.

FX certes, mais pas allergique au DX

Le Nikon D700 est un reflex Ful Frame. On en tirera donc le meilleur avec les objectifs dits « argentiques » et il faudra, comme toujours, viser très haut dans la gamme Nikkor pour exploiter au mieux le potentiel de l’appareil. Cependant, Nikon ne ferme pas la porte aux utilisateurs d’objectifs DX, optimisés pour le numérique. En effet, on peut tout de même les utiliser (quand les montures EF-S Canon sont incompatibles avec un reflex non EF-S comme un 5D ou un 1D par exemple). Le Nikon D700 est un malin : quand l’appareil détecte un objectif DX, le viseur grise la partie inutilisée du capteur afin de faciliter le cadrage avec l’objectif DX.
Tropicalisé, « baroudeur proof »
Le D700 ne possède qu’un seul et unique slot pour carte mémoire. Il faut prévoir de la bonne vieille CompactFlash. Pas de second slot SD par exemple. Attention, les CF type II ne passent plus. Voilà qui finit de tordre le cou du concept microdrive. Physiquement, le D700 serait à mi-chemin entre un gros D300 et un petit D3. Plus proche du D300, il se différencie essentiellement de son clône DX par son bosselage plus volumineux du fait du pentaprisme plus grand pour le capteur plein cadre. Il pèse 995 grammes contre 1390 grammes pour un D3.  Tout comme le boîtier du D300, celui du D700 est tropicalisé et une rapide prise en main nous a vite convaincu de l’extrême robustesse du boîtier dont le chassis est réalisé en alliage de magnésium. L’obturateur, quant à lui, est donné pour 150 000 déclenchements minimum.

Flash intégré
Le D700 bénéficie donc d’un flash intégré. Mieux, ce même flash peut servir pour piloter un ensemble de flash asservis sans fil.Tout cela en i-TTL bien entendu pour une exposition bien posée. Le flash intégré assure une couverture de 24mm ce qui est déjà honorable. Un flash intégré est toujours un plus sur un boîtier, même semi pro : c’est pratique (toujours monté), discrêt, et sert de source supplémentaire au besoin. Rappelons que Nikon annonce en même temps un nouveau flash externe qui vient remplacer le SB-800 sous les traits du SB-900, un flash très avancé.


Prix et disponibilité du Nikon D700

Pour une fois, la nouveauté Nikon devrait arriver en magasins peu après son annonce. Ainsi, Nikon France a bon espoir de voir le D700 commercialisé d’ici la fin du mois de Juillet 2008. Son tarif serait, pour l’heure, de 2799 Euros TTC.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *