Nikon P6000 vs Panasonic LX3

Nikon P6000 vs Panasonic LX3

Le match de l’été au sommet des compacts pour photographes amateurs passionnés !

Publié le 20 août 2008 - 0:00 par La rédaction

Annoncés en ce mois d’Août riche en nouveautés, les Nikon Coolpix P6000 et Panasonic Lumix DMC-LX3 s’annoncent comme les choucous des passionnés de belles images et de beaux objets. Le meilleur du savoir-faire de chaque fabricant a été porté dans ces deux compacts avancés. Voici le match LX3 vs P6000 !

Capteurs et résolution
Le capteur du Panasonic LX3 mesure 1/1,63″ ce qui est bien plus grand en surface que la majorité des capteurs de compacts qui ne mesurent que 1/2,5″ au mieux. Sur cette surface assez généreuse, Panasonic s’est limité à 10 mégapixels. De son côté, Nikon, avec le P6000, a opté pour un capteur de même dimension certes, 1/1,7″, mais qui comportera plus de pixels, donc de pixels plus petits et moins réceptifs, 13,5 millions au total. Si l’avantage en sensibilité ira au LX3, l’avantage en résolution sera vraiment insignifiant pour le Nikon. Il reste que les deux compacts bénéficient d’un grand capteur permettant de mieux influer sur la profondeur de champs.

Publicité

Ouverture du LX3 contre amplitude du P6000
Les objectifs sont les pièces maîtresses des appareils photos. C’est vrai pour tous les appareils, mais ici, cela prend encore plus de sens pour séduire les amateurs experts qui regardent à deux fois la qualité de l’optique avant de se décider. Le Nikon Coolpix P6000 marque le retour du fameux verre ED dans un objectif de compact. C’est une bonne nouvelle. L’amplitude du Nikon est de 4x avec un équivalent 28-112mm très pratique, grand angle et un peu télé, le compromis semble parfait. Côté optique, le LX3 n’est pas en reste avec un objectif conçu par Leica et fabriqué par Panasonic sous contrôle de la firme de Solms. Le LX3 va plus loin en grand angle avec une position 24mm contre 28mm pour le Nikon mais se limite à un range plus réduit car en téléobjectif il stoppe à 60mm. Certains amateurs de portraits pourront se sentir un peu frustrés de ne pas pouvoir arriver au moins aux alentours des 100mm. Les adeptes du 50mm en argentique seront comblés par contre. L’objectif Leica Vario-Summicron asphérique du Lumix possède également un argument de choix : sa luminosité. En effet, en grand angle il ouvre à F/2 et F/2,8 en télé. L’ouverture maximale du Nikon est de f/2,8. Travailler avec un objectif plus lumineux offre deux avantages majeures : le contrôle sur la profondeur de champs est plus importante et on peut photographier en intérieur sans flash plus facilement. Ouverture contre amplitude, entre le Nikon et le Panasonic, il va falloir choisir.

Deux finitions top niveau
Les photos du LX3 montrent que la finition du Panasonic est vraiment de haut niveau. On connaît le savoir-faire de Panasonic en la matière avec de nombreux appareils-bijoux. Pour avoir pris en main le Nikon P6000, on peut aussi parler de finition d’excellence pour ce boîtier expert : poignée gainée, bague de commande en acier cranté, etc….

Avantage à l’écran du Lumix
La taille de l’écran du P6000 a été limité à 2,7″ seulement pour une résolution cependant très correcte de 230 000 pixels. Si cet écran est plus réduit que ce que l’on voit fleurir aujourd’hui (3″ à 3,5″), c’est assurément pour pouvoir le caser sur un boîtier qui devait rester compact. De ce côté là, Panasonic, optant pour un « form factor » différent, peut se permettre de placer un bel écran de 3″ de diagonale mais surtout de 460 000 pixels, pas mal !

Viseur optique : avantage Coolpix
Vous cherchez le viseur optique du Lumix LX3 ? Vous pouvez chercher. Panasonic a fait l’impasse sur ce « détail » qui n’en est pas un pour un photographe passionné, cible de LX3. Pour en bénéficier, il faudra passer par le rayon accessoires et monter le viseur optique optionnel sur la griffe porte accessoire. Le Coolpix, de son côté, offre en standard et intégré au boîtier un viseur optique. Bon, ce n’est pas la panacée non plus mais il a le mérite d’être au menu.

Format RAW : Mac users pénalisés avec le Nikon

Le format RAW a le vent en poupe et pour cause ! On peut transcender son appareil photo en shootant en RAW et en développant soi-même ses photos avec un Lightroom, un Aperture, in Bibble, etc. Avec le RAW, on garde un peu plus le contrôle sur le résultat finale et on exploite bien plus son appareil. Ici, les deux forces en présence ont un potentiel très important que seul le format RAW peut réellement exploiter à fond. Hélas, le P6000 souffre d’une limitation de taille pour les photographes utilisateurs Mac (et ils sont nombreux parmi les amateurs passionnés de photo) : pour l’heure, le format RAW du Nikon P6000, qui n’est pas du NEF, ne sera lisible et « développable » que sous Windows. Les Mac Users perdent donc le bénéfice du format RAW avec le Nikon : dommage.

LX3 vs P6000 : deux philosophies

On le voit dans ce match, il sera difficile de départager les deux compacts experts car ils offrent deux philosophies assez différentes. Il est clair que les utilisateurs Mac ne pourront tirer toute la quintescence du P6000 à moins que Nikon ne décide finalement de porter le RAW de leur bête de course sur Apple. Les nikonistes pourront utiliser leurs accessoires et surtout leur flash sur le P6000 ce qui pourrait être un argument de poids. De son côté, le Panasonic offre un meilleur grand angle, mais une amplitude plus limitée par contre, une ouverture plus généreuse.
Le P6000 sera disponible dès la mi-septembre 2008 au prix indicatif de 479 Euros TTC et le Panasonic LX3, disponible en septembre lui aussi, sera vendu au prix publique indicatif de 499 Euros. 


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *