Olympus E-620 : le reflex compact au goût du jour

Olympus E-620 : le reflex compact au goût du jour

Grand frère plus avancé et technologiquement au goût du jour de l’Olympus E-520, l’E-620 apporte de
nombreuses améliorations pour un petit boîtier très actuel et bien placé.

Publié le 24 février 2009 - 8:44 par La rédaction

Les acquis du E-620 : LiveMOs, SWF et stablisation mécanique
On retrouve le capteur LiveMos 12 mégapixels qui assure la visée directe de type Live View ou encore le fameux et très efficace système de nettoyage du capteur signé Olympus, le Super Wave Filter (SWF) sur l’E-620, ce petit reflex, qui reste dans un format ultra réduit, car c’est un créneau aussi important pour Olympus (cf les premiers E-410, E-210 ou E-520) et pour le marché : des reflex compacts sont une des conditions du succès commercial auprès de ceux qui souhaitent se lancer dans le reflex. D’ailleurs, la fonction grand publique rare sur un reflex mais qui sera sur l’E-620 est la détection des visages. Mais ce format miniature n’empêche pas l’E-620 d’être stabilisé par déplacement du capteur. C’est une stabilisation appelée « mécanique » qui, selon le fabricant, devrait arriver au niveau des meilleurs systèmes optiques avec un gain théorique de 4 EV.

Améliorations
Cet Olympus E-620 reprend pas mal de bonnes idées des autres membres de sa famille comme les E-30 et E-30 pour gommer les lacunes de son successeur, à commencer par un écran articulé et ça, c’est irremplaçable. Et pourtant, c’est tellement rare sur les reflex ! L’écran HyperCrystal III mesure 2,7″ et offre 230 000 pixels. De même, l’autofocus, énorme point noir des précédentes générations de reflex Olympus 4:3 (3 collimateurs seulement, AF qui « vasouille », faible sensibilité…) est revu pour passer à un système de mise au point bien plus performant, doté de 7 capteurs dont 5 en croix, offrant une meilleure détectivité.

Effets créatifs et dynamique optimisée
Le E-620 reprend aussi les effets créatifs apparus sur l’E-30 avec des effets réalisés en interne par le boîtier (voilà aussi une fonctionnalité dans l’air du temps) : pop art, soft focus ou grain de film sont au menu, entre autres. Un nouvel effet « surimpression » permet de coller deux photos, même en Raw, l’une sur l’autre comme on le faisait mécaniquement du temps de l’argentique en exposant deux fois la pellicule sur un même emplacement. Un mode d’optimisation de l’exposition type D-Lighting apparaît aussi sur ce reflex grand public.

Principales caractéristiques de l’Olympus E-620
– 12 mégapixels

– LiveView
– AF 7 capteurs dont 5 en croix
– Choix du ratio de l’image : 4:3, 16:9, 3:2, 6:6 (carré quoi….)
– Système de nettoyage du capteur SWF

– Rafale 4 i/s
– Détection des visages
– Stabilisation par translation du capteur
– Ecran 2,7″ articulé 230 000 pixels
– Visée reflex 95% de couverture et magnification de x0,96
– Effets numériques sur photos (N&B, soft focus, pop art…)
– Tarif : 699 euros TTC nu
– Disponibilité : fin avril 2009
 

On accueille à bras ouverts l’arrivée de ce reflex compact et très complet dans la gamme Olympus dont le boîtier avancé, l’E-30, est vendu bien trop cher. Cet E-620 vient remettre les pendules à l’heure et gomme les imperfections de l’E-520. En attendant la gamme de boîtiers micro 4:3 chez Olympus…
Advertisements

Ailleurs sur le web