Dreamworks : des monstres, des aliens et du silicone, beaucoup de silicone!

Dreamworks : des monstres, des aliens et du silicone, beaucoup de silicone!

Pour le film d’animation 3D produit par Dreamworks « Monstre contre Aliens », l’usine à effets de Steven Spielberg a utilisé plusieurs centaines de stations de travail HP xw8600 pour créer des effets spéciaux particulièrement exigeants : 40 millions d’heures de traitement soit 8 fois Shrek I.

Publié le 8 avril 2009 - 9:07 par La rédaction

Effets spéciaux exigeants
« Monstres
contre Aliens » met en scène des monstres qui évoluent tels des liquides,
dont les bras et la bouche disparaissent et dont le corps devient peu à peu
transparent, etc… Grâce aux plusieurs centaines de stations de travail
HP xw8600 utilisées, DreamWorks Animation a été en mesure réaliser ces effets spéciaux particulièrement demandeurs de puissance de calcul.

Banque de rendus
De même, un ensemble de serveurs lames HP ProLiant,
capables d’opérer de façon coordonnée le traitement des séquences
d’animation. Enfin, grâce à la puissance de son matériel, DreamWorks Animation a pu
bénéficier d’un nombre de caméras mobiles bien plus élevé que sur ses films
antérieurs. Comparaison
éclairante : « Monstres contre Aliens » a réclamé plus de
40 millions d’heures de traitement informatique pour réaliser plus de huit
fois le contenu du premier « Shrek  » et près du double du contenu de
« Kung Fu Panda »…

Le défi 3D
Afin
d’exploiter pleinement les capacités de la 3D, DreamWorks Animation a dû revoir son
processus de production et ses outils de conception : les films
stéréoscopiques requièrent, par exemple, de dissocier les images destinées à l’oeil
gauche de celles destinées à l’oeil droit. Cette contrainte de rendu séparé
accroît considérablement le nombre de pixels à traiter, et d’autant les exigences
à l’égard des stations de travail.

Des exploits, des chiffres
– Traitement de rendu séparé
sur près de 100 téraoctets de données stockées sur disque
– Traitement de rendu séparé
pour plus de 30 séquences du long métrage, dont la réalisation aurait pris plus
de 1000 ans sur une seule station de travail
– Création de l’une des
séquences les plus sophistiquées du film, avec notamment le survol d’une ville,
de ses maisons, de ses coteaux et de ses arbres. Dans cette séquence du film,
les arbres en arrière-plan ont dû être répartis sur plus de 300 couches à
traiter séparément.
– Mise en scène d’une
explosion dans l’une des scènes de batailles, réclamant plus de trois
téraoctets d’espace disque à elle seule.

Télétravail entre les studios d’animation
Le système de téléprésence HP
Halo et le logiciel HP Remote Graphics Software ont
permis de mettre en place une collaboration créative et stratégique entre des
artistes situés dans les studios de Glendale et de Redwood City, en Californie, éloignés de 500 km les uns des autres.

Advertisements

Ailleurs sur le web