Apollo 11 : les photos de l'atterrissage lunaire par Zeiss, l'histoire

Apollo 11 : les photos de l’atterrissage lunaire par Zeiss, l’histoire

Il y a 40 ans, l’homme posait le pied sur la Lune. Qui pour immortaliser cela ? Les optiques Zeiss et le moyen format Hasselblad. L’histoire de la conquête spatiale photographique menée par Zeiss, Hasselblad et la NASA.

Publié le 21 juillet 2009 - 10:10 par La rédaction

Apollo 11 : Qui pour immortaliser les premiers pas sur la Lune ?
Juillet 1969, les astronautes de la mission Apollo 11 seront les photographes privilégiés qui auront la chance de prendre les premiers clichés de la Lune, mais depuis la lune et non plus depuis notre Terre au téléobjectif ou avec un boîtier monté sur une lunette astronomique. Comme Hasselblad qui fut un pionnier emporté dans l’espace en ces temps de conquête spatiale héroïque (Hasselblad offre même un week-end à la NASA pour les heureux acquéreurs d’un H3DII-50 ou H3DII-60 d’ici fin Août), ce seront les objectifs Carl Zeiss qui officieront pour immortaliser ce grand premier pas de l’homme sur un corps céleste (sélène dans le cas présent).

Zeiss Planar 2,8/80mm
Pour réussir ces clichés de grande importance, la NASA avait donc fait alors l’acquisition d’objectifs Zeiss moyen format Planar 2,8/80mm et les avait testés longuement montés sur un Blad à Houston. En octobre 1962, Walter Schirra emporta cet équipement dans l’espace pour de premiers essais en apesanteur. Les ingénieurs durent alors effectuer quelques modifications sur les optiques afin de gagner un peu de poids et de faciliter leur manipulation par des astronautes en scaphandre. Concernant le poids, les utilisateurs de Sony Alpha 900

Publicité
qui ont craqué pour les belles optiques 24×36 Zeiss comprennent de quoi on veut parler ici ! Toujours est-il que, après les tests, la Nasa décida d’emporter ces optiques customisées, des objectifs du marché, sans devoir développer spécialement pour ces missions des objectifs dédiés.

Jauger l’influence du vide spatial sur les mécanismes et l’optique
Chez Zeiss, l’expérience intéressait également les ingénieurs qui voyaient en ce voyage dans l’espace le moyen de voir l’influence sur la qualité d’image du vide atmosphérique et si l’index de réfraction était modifié par ces circonstances particulières. Pour ce faire, Zeiss un Biogon 4,5/38mm fut envoyé dans l’espace, car avec son angle de champ de 90°, il offre un référent exemplaire pour observer l’espace entre les éléments.

Lubrification maîtrisée
La principale contrainte pour cette croisière spatiale que s’est offerte le matériel photo, boîtier Hasselblad et obejctifs Zeiss aura été la crainte de voir les lubrifiants, sous l’effet de l’apesanteur, quitter leur mécanisme et se disséminer dans le cockpit ou simplement recouvrir les lentilles. Un lubrifiant spécial fut donc employé pour le diaphragme et l’obturateur.

12 Blad avec objectifs Zeiss vous attendent sur la Lune
L’histoire d’amour technique entre Hasselblad, Zeiss et la NASA se perdura durant les missions de la navette spatiale, sous une autre ère technologique et le couple germano-suédois fut employé durant de nombreuses missions pendant lesquelles, environ 10 000 photyos furent prises à chaque fois. Lors des missions lunaires apollo, de 1969 à 1972, environ 33 000 photos auront été prises au total. Et si par hasard vous vous rendez sur la Lune prochainement, vous y retrouverez les 12 couples Hasselblad-objectif Carl Zeiss que les astronautes ont laissé derrière eux à chaque mission. Ils sont à vous, servez-vous, mais n’oubliez pas de les charger en film.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *