C’est un monument de la photographie française qui nous a quittés samedi à l’âge de 99 ans. Ce pilier de la photo humaniste est né en 1910 à Paris, ville dont il a fait de ses habitants sont sujet de prédilection, pris sur le vif pour immortaliser des tranches de vie qui reflètent l’air du temps.

La voie empruntée par Willy Ronis, nous la devons certainement à son père qui ouvrait un studio photo sous le pseudonyme de Roness. Le jeune Willy, alors passionné de musique, souhaitait devenir compositeur. Mais les hasards de la vie firent qu’il dut aider au studio, l’entreprise familiale et laisser tomber son projet de vie initiale, mais cette passion perdurera et y sera certainement pour quelque chose dans la sensibilité et l’humanisme de ses photos.

Témoin privilégié du XXème siècle, il vécu, appareil en bandoulière, l’émergence du Front populaire, dont il se sent proche par ses idées, idées qu’il aura en commun avec Robert Capa. Bambin lors de la première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, il la couvrira pour l’agence Rapho.
Dans les années 50, participant au groupe des XV, il arrive à la hauteur des Doisneau, Boubat…. mais se distingue par son style faisant de la foule un balai chorégraphié par le mouvement improbable du hasard. Il ressort de son travail sur les milieux populaires (il est né au pied de la butte Montmartre) toute la joie de vivre qui s’exprime dans les fêtes populaires.

Conscient de l’importance de son travail photographique pour la mémoire nationale et fidèle à ssa conception de la vie, il lègue son oeuvre à l’Etat français en 1983.

Quelques livres de Willy Ronis
– Sur le fil du hasard, 1981. (Prix Nadar)
– Mon Paris, 1985
– A nous la vie ! , 1996
– Vivement Noël ! (avec Daniel Picouly), 1997
– Toutes belles, 1999
– Willy Ronis chez Actes Sud
– Derrière l’objectif : Photos et propos, 2001
– Pour la liberté de la Presse, RSF, 2001
– Paris, éternellement, 2005
– Ce jour-là, 2006
– Paris-couleurs, 2006
– Nues, 2008

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here