Quatrième licence mobile (3G) : Sarkozy, l'obstacle ultime ?

Quatrième licence mobile (3G) : Sarkozy, l’obstacle ultime ?

La 4ème licence 3G, convoitée à l’heure actuelle par seule Iliad (Free), semble si proche mais si loin en même temps. Au tour de Nicolas Sarkozy de donner son avis.

Publié le 17 septembre 2009 - 14:46 par La rédaction



Nicolas Sarkozy sceptique et réservé au sujet d’un 4ème opérateur
Nicolas Sarkozy ne semble pas très emballé quant à l’arrivée d’un 4ème opérateur mobile. En effet, le Président de la République aurait, d’après l’AFP, déclaré lors d’une réunion privée à l’Elysée : « Je suis assez sceptique et réservé sur le choix d’un quatrième opérateur de téléphonie mobile. Car le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur. » Le Président serait donc en train de douter du bien-fondé de la relance de la concurrence sur le marché français de la téléphonie mobile. Une seule raison pour cela : répondre au lobby existant en avantageant les trois opérateurs nationaux. A noter que les propos attribués à Sarkozy n’ont pas été confirmés pour le moment.

L’UFC répond à Sarkozy en contrecarrant
L’UFC-Que Choisir s’est empressé de réagir à la déclaration qu’aurait faite le Président. D’après Edouard Barreiro, porte-parole et chargé de mission TIC et Commerce de l’association de consommateurs, le marché français de la téléphonie mobile serait le seul « où on a eu une condamnation des trois opérateurs, qui se partagent 95 % du marché, pour entente. Depuis cette condamnation, on n’a pas vu un bouleversement dans leurs politiques tarifaires ».

Free seul candidat à la 4ème licence 3G
L’appel à candidatures pour l’attribution de la 4ème licence 3G a été publié le 1er août et restera ouvert jusqu’au 29 octobre prochain. Pour le moment, Free, via sa maison mère Iliad, est le seul candidat ayant déposé un dossier. C’est aussi la raison pour laquelle Xavier Niel dénonce une manoeuvre « TSF – tout sauf Free » de la part des trois opérateurs nationaux qui se sont tous opposés à l’arrivée d’un 4ème opérateur mobile et l’ont montré en contestant le prix d’attribution de la 4ème licence 3G et en portant le dossier devant la Commission européenne. Pour rappel, l’Arcep se donne alors jusqu’au 29 juin 2010 pour étudier les dossiers de candidature. Voilà qui laisse suffisamment de temps à l’opposition pour organiser la riposte.

Publicité

Ailleurs sur le web