Quid de la PSP Go

Quid de la PSP Go

A un peu plus d’un mois de son lancement maintenant, la PSP Go intrigue autant qu’elle fascine. Tous les détails concernant la nouvelle console de Sony sont dans la suite.

Publié le 11 novembre 2009 - 10:19 par La rédaction

Dévoilée en mai, à l’occasion du dernier Electronic Entertainment Expo de Los Angeles, la PSP Go a comme prévu été distribuée en France le 1er octobre 2009, et ce, malgré les menaces de boycott de nombreuses enseignes spécialisées. A un peu plus d’un mois maintenant de son lancement, voici les principales caractéristiques à retenir si jamais vous comptiez vous porter acquéreur du nouveau bijou de Sony.La PSP Go, ambassadrice du « tout dématérialisé »
Quatrième itération de la console portable de Sony, la PSP Go tranche littéralement avec ses trois prédécesseurs : plus petite, plus légère, et allant même jusqu’à condamner le support UMD (Universal Media Disc, support de stockage optique développé par Sony, et propre à la PSP jusqu’à présent). Dépourvue de tout système de lecture de jeux, la console impose donc à l’utilisateur de télécharger lui-même sa ludothèque via la boutique en ligne Playstation Store, accessible via un PC, une Playstation 3 et bien évidemment une PSP, chacun associé au préalable à une connexion internet. L’utilisateur peut dès lors choisir d’effectuer ses achats directement en insérant ses données bancaires dans la machine, tandis que les plus réticents pourront se procurer des Playstation Live Cards en boutiques spécialisées, permettant de créditer de 20 ou 50 euros un porte-monnaie virtuel sans divulguer la moindre information bancaire sur la toile.

Le Playstation Store de Sony sur PSP Go

Une PSP encore plus light
D’un point de vue strictement technique, malgré ses 16 Go de mémoire embarquée, la bête s’allège quelque peu pour passer ainsi de 189 grammes (pour la version 3000) à 160 grammes, tandis que ses dimensions 122mm x 15,9mm x 66,5mm lui confèrent une silhouette proche des derniers téléphones mobiles, tel que l’Iphone par exemple. Attention toutefois, les dimensions citées correspondent à la machine en position fermée, puisque pour jouer, il faut faire coulisser l’écran vers le haut, laissant alors apparaitre la croix directionnelle, le stick analogique (légèrement remanié pour l’occasion), les touches Start et Select, sans oublier bien sûr les désormais classiques boutons géométriques de la marque Playstation. Concernant l’extension mémoire, il est important de noter ici que le Memory Stick Pro Duo, utilisé par les anciens modèles de PSP ainsi que de nombreux appareils photos numériques de la marque japonaise, laisse sa place au Memory Stick Micro, un peu moins répandu à l’heure actuelle.Autre nouveauté, et pas des moindres, le support du mode Bluetooth qui permet enfin à l’utilisateur de relier un micro casque sans fil, ou encore associer sa manette Dual Shock 3 pour jouer aux jeux compatibles. La liaison Wi-Fi est évidemment maintenue, permettant à la console de rejoindre un réseau sans fil, ou bien encore de communiquer avec une Playstation 3 ou une autre PSP. A noter toutefois qu’à l’heure actuelle, tous les périphériques adaptables sur les anciens modèles de PSP (caméra, GPS…) sont incompatibles avec la PSP Go et que la batterie de cette dernière est inamovible. L’interface n’a pour sa part pas changé et l’on retrouve ainsi la Media Cross Bar permettant d’accéder à la musique, la vidéo, le jeu ou encore le réseau, sans compter la présence de Skype, pour ceux désirant pleinement plonger dans l’ère du numérique via le micro intégré à la console.

Un système de slide ingénieux et bien conçu
Une prise en mains agréable
Entre nos mains expertes, la console jouit d’une ergonomie plutôt agréable, même s’il est fortement recommandé de la tenir fermement, pour ne pas risquer une chute malheureuse, due notamment à la finesse de la bête. Son utilisation est des plus simples, et même si le téléchargement de jeux tend parfois à s’éterniser (certains pouvant peser jusqu’à 1,3 Go), on apprécie le confort de jeu, la netteté et la clarté de l’écran, l’excellente finition de la machine (disponible en Piano Black ou Pearl White) et la compatibilité PSP/PS3 (pour peu que l’on possède cette dernière) qui permet d’accéder à tout le contenu stocké sur sa PS3 via sa PSP, en réseau local, ou à distance via internet. Pratique pour regarder ses vidéos, écouter de la musique ou encore visualiser ses photos préférées n’importe où et n’importe quand. Un petit bijou de technologie donc, mais dont il faut toutefois connaître et maîtriser toutes les spécificités pour pouvoir se targuer de profiter pleinement de tous les excellents attributs de sa console.

La PSP Go dans sa version Pearl White
Un engouement encore assez faible
Proposée au tarif de 249,99 euros, la PSP Go s’accompagne de son chargeur, ainsi que du logiciel Media Go, une application très accessible et simple d’emploi qui permettra de gérer et organiser ses téléchargements directement sur son PC. Disponible depuis début novembre au Japon, la nouvelle console portable de Sony semble toutefois peiner à trouver son public puisque 29 000 unités « seulement » ont trouvé preneurs lors de sa première semaine de commercialisation, lorsque la PSP-3000, sortie en octobre 2008, s’écoulait à plus de 140 000 exemplaires en à peine 4 jours. En ce qui concerne le marché français, la PSP Go se serait écoulée à plus de 8 000 exemplaires lors des trois premiers jours suivant son lancement. Pour mémoire, Sony avait effectué une mise en place de 50 000 pièces lors de la sortie de sa machine.
Advertisements

Ailleurs sur le web