Assassin's Creed 2, chroniques d'une oeuvre vénitienne

Assassin’s Creed 2, chroniques d’une oeuvre vénitienne

Déjà disponible en boutiques sur Xbox 360, PS3 et PC, l’excellent Assassin’s Creed 2 nous propose de découvrir un nouvel assassin en plein coeur de la Renaissance italienne : Ezio Auditore da Firenze. Notre verdict complet.

Publié le 1 décembre 2009 - 17:06 par La rédaction

Ubisoft nous invite à Venise
Suite directe de l’opus paru en novembre 2007, Assassin’s Creed 2 place donc le joueur dans la peau du jeune Ezio Auditore da Firenze, qui va se retrouver un peu malgré lui au coeur d’un complot prenant pour cadre cette époque tant appréciée des amateurs d’art, la Renaissance Italienne. Le soft nous invite donc à un voyage inoubliable puisqu’au fil de l’aventure, il faudra visiter les villes de Florence, Venise, Forli ou encore San Gimignano, toutes ayant bénéficié d’un souci du détail incroyable et d’un profond respect historique et architectural.
 
Publicité
 
 
Le jeu offre des points de vue tout bonnement stupéfiants
 
Une réalisation technique tout simplement bluffante
Techniquement, cette suite transcende globalement ce qu’il nous a été possible de voir dans le premier opus, et ce, sur tous les points. L’aspect global du jeu a gagné en précision, le cycle jour/nuit permet d’appréhender certaines situations de manières différentes, le joueur peut visiter certains monuments historiques et cela apporte une petite touche d’exploration non négligeable. Ezio démontre également tous ses talents d’acrobate au fil du jeu puisqu’il est toujours possible de s’accrocher un peu partout, de se fondre littéralement dans le décor ou dans la foule pour échapper aux gardes, et bien sur d’escalader la plupart des bâtiments afin d’atteindre les points d’observation disséminés un peu partout dans le jeu, qui permettent non seulement à Ezio de se synchroniser avec son environnement, mais aussi au joueur de profiter pleinement de la modélisation des villes et de la profondeur de champ du haut des plus grands monuments du jeu. La sensation de liberté a également été nettement accrue, tant dans le déroulement du jeu en lui même, que dans la possibilité de faire évoluer les habits, armes et armures de Ezio.
 
 
 
 Les gardes mèneront la vie dure à Ezio tout au long du jeu
L’argent fait aussi son entrée dans Assassin’s Creed 2
Outre la quête de vengeance d’Ezio, le joueur peut également prendre part à de nombreuses missions annexes, à la manière d’un GTA, et ainsi engranger une denrée précieuse dans ce second opus : des florins. La notion d’argent prend en effet une place considérable dans la mécanique de jeu d’Assassin’s Creed 2, et outre mener à bien quelques missions secondaires, on pourra s’en procurer en jouant les pickpockets au milieu de la foule, ou bien encore en fouillant les corps des ennemis fraîchement occis. L’argent ainsi récolté servira donc à acheter de nouveaux attributs pour Ezio, mais on pourra également s’en servir pour s’offrir les services de mercenaires, ou encore de courtisanes qui iront distraire l’attention des gardes. Ezio a également la possibilité de jeter des poignées de pièces au sol, idéal pour créer une mini panique générale et profiter de la cohue pour accomplir ses méfaits ou fuir en toute discrétion. De même, il sera possible de rénover entièrement une villa fortifiée, Monteriggioni, sorte de pied à terre, et ainsi bénéficier de l’argent récolté via les impôts payés par les habitants.
 
 
La double lame d’Ezio, aussi classe qu’efficace

Un gameplay qui s’affine encore

Côté gameplay, ce second opus a gagné en précision, et sauter de toits en toits procure toujours une sensation de puissance et de liberté assez jouissive. Le level design est impeccable, et les endroits regorgent de cachettes et de points d’accroche. Les développeurs ont également inclus de nouvelles possibilités d’assassinats, et Ezio peut donc désormais tuer en étant accroché à une corniche ou bien dissimulé dans une botte de foin. Ezio sera également aidé dans sa quête par un allié de choix, en la personne de Léonard de Vinci, qui, contre les pages du précieux Codex, offrira à Ezio des informations ou encore de nouvelles armes, telle que la double lame, particulièrement mise en avant par Ubisoft pour la promotion de son jeu.
 
 
 
Léonard de Vinci fournira de précieux éléments à Ezio pour l’aider dans son périple
 
Une durée de vie revue à la hausse
Les possibilités de gameplay sont nombreuses et il serait assez dommage de tout vous dévoiler ici, mais sachez que ce second opus a subi un lifting particulièrement efficace, et qu’il permet de tenir le joueur en haleine durant une bonne trentaine d’heures, pour peu que l’on ne file pas tout droit vers l’objectif principal et que l’on se laisse distraire par les missions annexes et la richesse historique de l’ensemble. Les développeurs ont parfaitement su diversifier les objectifs à accomplir et le rythme s’intensifie au fur et à mesure de la progression. Sans doute l’évolution majeure par rapport au premier opus, qui pêchait par une redondance terrible, tant dans les objectifs que dans le gameplay proposé à l’époque.
 
 
 
Plutôt envoûtant n’est-ce pas ?
 
En résumé
Inutile de tergiverser des heures durant, Assassin’s Creed 2 est une incontestable réussite, là où son prédécesseur avait déçu de nombreux joueurs. Plus riche dans son gameplay, plus profond, parfaitement scénarisé et toujours aussi immersif, le dernier né d’Ubisoft en met littéralement plein les yeux. Certes, les plus exigeants discerneront bien ici et là un brin de pop-up, des PNJ pas toujours très détaillés, un frame rate un peu instable (sur Playstation 3 notamment)…mais force est d’admettre que l’on se retrouve là devant un très grand jeu d’action/aventure. L’aventure est tout juste spectaculaire, le cadre est passionnant et l’ensemble jouit d’une aura tout à fait singulière. A noter pour finir que le jeu peut également se jouer avec les dialogues en italien sous-titrés en Français, le must pour une immersion absolue dans cette magnifique Renaissance italienne revue par Ubisoft.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *