Piratage : Nintendo perd une bataille contre les linkers DS

Piratage : Nintendo perd une bataille contre les linkers DS

Le 3 décembre dernier, Nintendo a été débouté par le tribunal de Grande Instance de Paris, qui ne peut pas, en l’état actuel des choses, interdire la vente des linkers de type R4. La firme de Kyoto, bien décidée à poursuivre ses actions contre le piratage, a aujourd’hui fait appel de cette décision.

Publié le 9 décembre 2009 - 10:20 par La rédaction

Nintendo débouté
Nintendo a subi récemment un violent revers dans sa chasse aux linkers DS puisque le verdict rendu par le Tribunal de Paris il y a quelques jours stipule « qu’en l’état actuel des choses, il est impossible d’interdire la vente des linkers en France« .
 
Les linkers en ligne de mire
Pour mémoire, les linkers sont des cartouches au format Nintendo DS, disposant d’une entrée mini-SD, permettant entre autres aux utilisateurs de copier des jeux sur la mini-SD et de les faire tourner sur une Nintendo DS. Tout ceci de manière totalement illégale bien évidemment. C’est cet aspect-là que Nintendo condamne violemment, mais les fabricants de linkers soutiennent que « les linkers permettent l’utilisation d’applications tierces légales ainsi que l’extension des fonctionnalités de la console, offrant ainsi la possibilité de lire des MP3 ou lire des DivX, et qu’ils n’ont donc rien d’illégal« .
 
La cartouche R4, au coeur du conflit qui oppose Nintendo aux linkers DS
 
Nintendo fait logiquement appel de la décision
Tout d’abord déçue, la firme de Kyoto, bien décidée à poursuivre ses actions contre le piratage, « portant atteinte à toutes les valeurs, et pas seulement celles de Nintendo« , a aujourd’hui fait appel de cette décision. Après Microsoft et sa Xbox 360, c’est donc au tour de Nintendo de tenter d’éradiquer le fléau du piratage sévissant sur sa Nintendo DS, une menace qui tend fortement à se démocratiser puisqu’il n’est pas rare en effet d’entendre des enfants, voire même des parents, demander innocemment la disponibilité de « la fameuse cartouche qui permet de stocker des jeux » au sein d’enseignes spécialisées (GAME, Micromania, FNAC…), sans même se rendre compte bien souvent du côté illégal du piratage.
Advertisements

Ailleurs sur le web