DxO vient d’ajouter à son banc d’essai les Canon EOS 7D, Nikon D300s et
D3000, le Pentax K-7 et les deux Sony Alpha A500 et A550. Mais en
prime, le site de tests a passé au crible les capteurs des compacts
Canon S90 et G11 ainsi que celui de l’Olympus Pen E-P1. Alors, quel
écart qualitatif existe-t-il entre les reflex et les compacts amateurs
experts ?

Amélioration de la qualité photo : chacun sa voie
Globalement, on s’aperçoit que chacun à sa manière tente, avec des méthodes différentes, d’améliorer la qualité d’image et les discours marketing sur les fonctionnalités inutiles ou sur d’éventuelles conceptions innovantes supposées booster la qualité d’image, semblent désormais appartenir au passé : le juge de paix est la qualité d’image dont bon nombre de paramètres sont mesurables au banc d’essai comme le fait DxO. L’éditeur français qui modélise le comportement des reflex et de leurs capteurs est donc le mieux placé pour mesurer l’écart de qualité entre les reflex dernière génération comme le Canon EOS 7D par rapport aux nouveaux appareils compacts pour amateurs experts comme les Canon G11 ou S90. DxO rend public les chiffres et offre une analyse des résultats à lire en Anglais sur leur site.

 

Le Canon S90 représente une réelle avancée en termes de qualité d’image.

Ecart reflex-compacts expert plus ténu qu’auparavant
Les derniers tests menés sur le banc d’essai DxOmark.com montrent que les compacts arrivent désormais à 2, voire 1 EV des reflex entrée de gamme, ce qui les rapproche énormément par rapport à il y a ne serait-ce que 18 mois, où l’écart en sensibilité et dynamique entre reflex et compacts était phénoménal. Mieux, le G11 et le S90 feraient mieux au cm2 que le reflex le mieux noté : le Nikon D3x.

Aujourd’hui, les fabricants comme Canon sont revenus à la raison en ce qui concerne le nombre de pixels que l’on peut accumuler sur une surface sensible aussi petite qu’un sixième de timbre-poste. On trouve aujourd’hui de nouvelles conceptions :
– photosites plus près de la surface comme sur le Canon G11
– fonctionnement polymorphe comme la technologie EXR de FujiFilm, que l’on trouve sur le Finepix F200 EXR
– Exmor R rétro éclairé chez Sony
Les voies sont différentes, mais souvent assez convaincantes. Synthétisées et mises à profit sur un capteur full frame, elles pourraient continuer de nous étonner dans le futur.

 

Le Sony WX1 à capteur Exmor R et belle optique lumineuse : l’appareil expert Sony.

Vive le RAW
L’ajout du format brut, le RAW, sur les appareils hauts de gamme, sera aussi un facteur important dans la quête vers une qualité d’image optimale permettant de développer ses photos brutes à posteriori avec soin dans un logiciel performant comme Adobe Lightroom ou DxO Optics Pro V6, qui obtient d’excellents résultats dans le nettoyage du bruit électronique des photos. L’enquête menée par DxO n’avait rien d’innocent…. mais demeure riche d’enseignements.

Accéder à l’article sur la comparaison compacts amateurs experts récents contre reflex numériques entrée de gamme sur dxomark.com.
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here