DJ Hero réveille le DJ qui est en vous

DJ Hero réveille le DJ qui est en vous

Après Guitar Hero, Activision fait évoluer la franchise et nous propose ce DJ Hero qui ne manque ni d’audace, ni d’ambition. Parvient-il pour autant à tenir son pari ? Réponse dans la suite.

Publié le 19 décembre 2009 - 15:30 par La rédaction

Un nouveau représentant du genre musical
C’est un fait depuis quelques années, les jeux musicaux se succèdent à un rythme effréné, et si certains valent clairement le détour (Rock Band, Guitar Hero), d’autres relèvent plus de l’engouement marketing que du réel désir de proposer un soft musical digne de ce nom. Annoncé en grande pompe en début d’année, le très énigmatique DJ Hero est donc disponible depuis quelques semaines en boutiques. Le concept : nous placer dans la peau d’un véritable DJ, qui devra suivre les indications à l’écran pour offrir au public une performance d’anthologie, le tout, via la platine vendue en bundle avec le jeu.
 
 
Publicité
 
Un gameplay déroutant de prime abord, mais particulièrement bien conçu
 
Une platine à maîtriser
En effet, si Guitar Hero s’accompagne fort logiquement d’une guitare, ce DJ Hero est vendu (non pas avec un DJ…) mais avec une réplique de platine, évidemment plus petite qu’une vraie, mais particulièrement bien finie. En effet, celle-ci est plutôt solide, et sa conception ingénieuse permettant d’inverser les deux parties la destine aussi bien aux droitiers qu’aux gauchers. Le plateau pêche en revanche par une inertie un peu trop prononcée, qui implique de poser son pouce sur le côté du plateau pour stabiliser l’ensemble. Ce dernier dispose également de trois gros boutons de couleur, qu’il faudra enfoncer en fonction de ce qui est affiché à l’écran, d’un bouton de starpower (multiplicateur de score identique à celui utilisé dans Guitar Hero), d’un potentiomètre permettant de modifier les sons dans le jeu, et enfin d’un crossfader, ce bouton qu’il faudra balancer de droite à gauche pour passer d’un morceau à l’autre pendant un mix. A ce titre, là encore, on regrettera une course un peu aléatoire, si bien qu’il est parfois bien difficile de replacer rapidement le crossfader en position centrale.
 
 
 Maîtriser pleinement la platine fournie avec le jeu demandera quelques heures de pratique
 
Un gameplay affûté et exigeant
Le principe du jeu consiste donc à suivre les indications à l’écran pour jouer le mix. Trois lignes colorées défilent donc sur le tapis déroulant, et il s’agira d’appuyer sur les boutons de couleur correspondant lorsque ceux-ci atteignent le bas de l’écran. Mais ce n’est pas tout, votre oeil avisé devra également bien observer les déplacements des lignes colorés, et les suivre avec le crossfader. De plus, outre le fait d’appuyer sur les boutons colorés, il faudra bien sûr « scratcher » les parties indiquées, en appuyant sur le bouton coloré et en faisant bouger la platine d’avant en arrière, les modes de difficultés élevés imposent par ailleurs la direction à appliquer à la platine. Bref, si cela peut paraître simple sur le papier, il faut savoir que le mélange de tous ces facteurs de gameplay demande une concentration sans faille (pour peu que l’on joue au moins en Moyen), et que les derniers niveaux de jeu mettront votre coordination et vos réflexes à rude épreuve. Côté tracklist, on compte environ 90 morceaux hip hop, electro et club. Les chansons sont des mash-ups, qui combinent  les sonorités de deux chansons pour donner un résultat original. Certaines sont particulièrement réussies, d’autres moins. Pêle-mêle, on citera la présence de Daft Punk, Rihanna, Black Eyed Peas, Tears for Fears… A noter que des packs sont téléchargeables via la connexion réseau, et que l’incontournable David Guetta en fait partie.
 
Les Daft Punk font partie des personnages à déverrouiller
Plus de 90 morceaux à découvrir
La progression est symbolisée sous forme de concerts à jouer, et dont les performances (évaluées par des étoiles) serviront à débloquer les sets suivants. Inutile de préciser que les meilleurs sets (dont celui des Daft Punk) se trouvent en fin de partie et qu’il va falloir cravacher pendant un petit moment avant d’y avoir accès. Le fait de réussir brillamment un morceau peut amener à récolter un starpower, déclenchable via un bouton sur la platine, et qui doublera les points, tout en effectuant automatiquement les mouvements du crossfader pendant une période limitée. De même, le bonus Rewind permet, via une rotation complète de la platine, de rembobiner quelques secondes du morceau, afin de rejouer les pistes, en doublant là encore les points acquis. A noter toutefois que contrairement à Guitar Hero, DJ Hero ne dispose d’aucune forme de Game Over, et mis à part une infamie sonore et un score au ras des pâquerettes, le DJ maladroit ne sera pas exposé au terrible écran de fin de partie. L’aventure solo est relativement longue, et surtout indispensable pour débloquer tous les morceaux. Côté multi, le jeu offre la possibilité d’affronter un autre DJ en local, comme en ligne, mais aussi de jouer en coopération avec un ami à la guitare. En effet, le jeu dispose d’une dizaine de morceaux dédiés à ce tandem original, avec une piste à jouer via la platine DJ et la seconde (identique à une piste de Guitar Hero) à jouer à la guitare. Sympa.
 

 Un mode Duel jouable en ligne, comme en local
 
Une bonne alternative aux réfractaires à Guitar Hero
En résumé, même s’il ne parvient pas à procurer le fun d’un Guitar Hero, DJ Hero a indéniablement fait l’objet d’un vrai travail de la part d’Activision, et propose une expérience inédite et réussie. On regrettera toutefois un certain manque d’improvisation (et pourtant le genre s’y prêtait plutôt bien) et quelques mix douteux, mais dans l’ensemble, DJ Hero est une excellente alternative à tous ceux souhaitant s’adonner à un jeu musical basé sur l’électro. A essayer donc.
 

Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *