Rétrospective Guitar Hero, chronique d'une licence culte

Rétrospective Guitar Hero, chronique d’une licence culte

Apparue tout d’abord sur Playstation 2 en mai 2006, la licence Guitar Hero s’est hissée en moins de quatre ans au rang de saga culte du jeu vidéo. A l’occasion de la sortie du dernier opus Van Halen, retour sur une saga rock absolument phénoménale.

Publié le 27 février 2010 - 14:26 par La rédaction

Véritable révolution vidéo-musico-ludique, la franchise Guitar Hero est rapidement devenue un véritable phénomène de société puisque tout le monde (ou presque) connaît cette licence visant à faire resplendir le guitariste enfermé en chacun de nous, par l’intermédiaire d’une guitare en plastique et de morceaux rock d’anthologie, inaccessibles pour la majorité d’entre nous dans le monde réel. Dans Guitar Hero, nul besoin de solfège, tout le monde peut, avec un peu d’entraînement, jouer les morceaux de ses groupes favoris à travers un gameplay accessible, mais diablement technique une fois le mode Expert sélectionné. Depuis le premier opus en 2006, jusqu’au tout récent Guitar Hero Van Halen, la saga a subi de nombreuses modifications et a fait le bonheur de millions de joueurs de par le monde. Retour sur une série phare du monde du jeu vidéo.
 
Guitar Hero (PS2), genèse d’un mythe (24 mai 2006)
Paru en mai 2006 sur nos chères Playstation 2, Guitar Hero bouleversait littéralement l’industrie du jeu vidéo musical, avec une approche rock encore sous-exploitée, mais aussi avec la présence d’un périphérique atypique : une guitare. Réplique d’une Gibson SG, celle-ci était évidemment dépourvue de cordes, et arborait 5 boutons colorés sur son manche et un switch en guise de plectre. Tout le monde connaît le principe, il suffit de valider la ou les notes de couleurs affichées à l’écran au bon moment sur sa guitare. Trop d’erreurs, et en plus d’une bouillie sonore, c’est une véritable honte qui s’abattra sur le joueur, avec un concert interrompu prématurément à cause d’un guitariste trop faible. Un principe simple, mais terriblement addictif, si bien que l’on se prend rapidement à sauter, virevolter et prendre un air inspiré, notre petit instrument en plastique entre les mains. Pourtant, ce premier opus souffrait d’un manque d’options en multijoueur, d’un léger manque de diversité (47 morceaux tout de même), et surtout d’une absence flagrante de morceaux originaux, tous les titres étant en effet des reprises (d’excellente facture néanmoins) ou bien des titres indépendants. Un succès fulgurant, qui appela rapidement une suite.
 
 
 
Guitar Hero 2 (PS2 / Xbox 360), l’essai transformé (24 novembre 2006)
Seulement six mois plus tard, Guitar Hero 2 débarque en Europe avec une nouvelle guitare, de nouveaux titres à jouer, mais un principe inchangé. Un peu plus de chansons (toujours des reprises) à jouer, et un côté rock plus affirmé, avec des titres de Rage against the Machine, Megadeth, Guns’n Roses ou encore Lynyrd Skynyrd avec l’excellentissime Freebird en fin de parcours, et son solo que seuls les plus aguerris peuvent se targuer d’avoir dompté en mode Expert. C’est du côté du multijoueurs que cet opus a su évoluer, avec notamment la présence d’un mode coopération inédit, sans oublier un mode Duel et Duel Pro pour élire le meilleur guitariste de la soirée. Les aficionados de rock regretteront encore une fois l’absence de mastodontes du rock tels que Metallica ou Iron Maiden…une erreur bientôt réparée par Guitar Hero 3.
 
 
 
 
Guitar Hero : Rock the 80’s (PS2), l’opus de trop ? (14 septembre 2007)
Avant de développer le vrai Guitar Hero 3, RedOctane et Activision ont opté pour l’élaboration (rapide) d’un opus basé sur les hits des années 80. Véritable repompe de Guitar Hero 2 sans la moindre espèce d’évolution notable, ce Rock the 80’s n’a pas laissé de souvenirs mémorables dans le coeur des joueurs.
 
 
 
Guitar Hero 3 (PS2, PS3, PC Xbox 360, Wii), Legends of Rock ! (23 novembre 2007)
Déjà vendue à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, la série Guitar Hero abordait un virage dangereux avec ce troisième opus, puisque le développeur originel (parti développer un certain Rock Band) laissait sa place à Nerversoft, totalement novice dans le domaine du jeu musical. La réputation aidant, cet opus explosa encore les records de ventes de son prédécesseur, grâce à une notoriété déjà énorme, et surtout la présence de morceaux originaux, et l’arrivée de groupes très attendus comme Metallica, Iron Maiden ou Slipknot. Le niveau de difficulté avait également été revu à la hausse, avec notamment des duels particulièrement corsés, mais la jouabilité avait été quelque peu assouplie, afin de faciliter les hammer on et autres pull off. On regrettera toutefois un découpage des morceaux un peu moins logique que dans les opus précédents, avec des partitions pas toujours très fluides.
 
 
 
Guitar Hero Aerosmith (PS2, PS3, Xbox 360, PC, Wii), premier spin off (27 juin 2008)
Avec une popularité au top, la licence Guitar Hero s’autorise un spin off consacré à un seul groupe : Aerosmith. Ce titre atypique propose donc une quarantaine de titres, dont 25 du groupe américain. Autant dire que la durée de vie de cet opus est plus que rachitique et que ce dernier s’adresse en priorité aux fans absolus de la bande à Steve Tyler (modélisé dans le jeu), plus nombreux Outre-Atlantique c’est évident. Un opus à part donc, qui n’introduit aucune réelle nouveauté, et qui se destine aux fans, et à eux uniquement.
 
 
Guitar Hero World Tour (PS2, PS3, Xbox 360, Wii, PC), guitare, chant, basse et batterie ! (21 novembre 2008)
Fin 2008, Activision met sur le marché européen Guitar Hero World Tour, premier opus de la saga à proposer un mode quatre joueurs : guitare, basse, chant et batterie. Emprunté à Rock Band, ce mode 4 joueurs s’avère un peu moins efficace ici, la faute à une tracklist assez irrégulière, une partition de batterie pas très lisible, et encore un découpage des morceaux bien aléatoire par moments. Toutefois, avec la possibilité de jouer à quatre en simultané sur une même console ou en ligne et un mode Carrière encore approfondie, cet opus a une fois encore trouvé la voie du succès, et va profiter de l’engouement entourant la saga pour étoffer encore un peu le contenu des titres à acheter en ligne, introduit par Guitar Hero 3. Malgré un énorme succès commercial, cet opus fut néanmoins le premier à décevoir bon nombre de fans, et beaucoup se sont tournés vers Rock Band 2, considéré encore aujourd’hui par de nombreux joueurs comme LA référence du genre.
 
 
 
 
Guitar Hero Metallica (PS2, PS3, Xbox 360, Wii), un hymne aux Four Horsemen (18 mai 2009)
Après Guitar Hero Aerosmith, Activision récidive en proposant cette fois un opus entièrement dédié au groupe Metallica. Chaque détail de cet opus est un clin d’oeil au groupe californien, et l’on retrouve ainsi pléthore de titres originaux du groupe, mais aussi une modélisation sans faille des différents membres du groupe, des concerts mythiques, des bonus en pagaille, l’introduction de la double pédale à la batterie et une interface corrigée. Les fans seront là encore aux anges, mais les réfractaires à la bande à James Hetfield n’y verront pas le moindre intérêt, même si l’habillage global du titre a su bénéficier d’un souci du détail vraiment palpable.
 
 
 
 
Guitar Hero Greatest Hits (PS2, PS3, Xbox 360, Wii), l’opus de trop (bis) ? (26 juin 2009)
Véritable pot-pourri des 5 premiers Guitar Hero, ce best of constitue sans doute l’épisode le moins réussi de tous, avec certes l’arrivée des chansons originales (pour celles issues de GH 1 et GH 2), mais des partitions malheureusement revisitées, et terriblement loupées pour le coup. Aucun titre inédit évidemment, juste une impression de déjà joué et réchauffé, sans compter que certains titres phares des GH précédents sont absents ici. Une honte tout simplement.
 
 
 
Guitar Hero 5 (PS2, PS3, Xbox 360, Wii), en mode Soirée (11 septembre 2009)
Après un Guitar Hero World Tour un peu décevant, Activision redresse la barre avec ce cinquième opus plus travaillé, bourré de morceaux à jouer (plus de 80 titres sur la galette), qui reprend les ingrédients de gameplay et multijoueurs des opus précédents, en ajoutant un mode Soirée très réussi. Ce dernier permet de lancer une chanson aléatoire, et il suffit aux autres joueurs de presser un bouton pour se faire une place à l’écran, sans même interrompre la partie en cours. On peut ainsi entrer ou sortir en cours de jeu en toute quiétude. Sympa. Pas encore la révolution souhaitée par les joueurs, mais un opus un peu moins bancal que World Tour, ce qui est déjà une bonne chose en soi.
 
 
 
Quel avenir pour Guitar Hero ?
Paru ces derniers jours, Guitar Hero Van Halen constitue le troisième spin-off de la saga (après Aerosmith et Metallica…en attendant Jimi Hendrix ?) et propose là aussi quelques bons moments de jeu, mais pêche par un présentation faiblarde, un manque de titres évident et un mode Carrière basique. Reste un gameplay toujours aussi accrocheur et quelques bons morceaux à jouer, mais on commence à sentir sérieusement la série en perte de vitesse, qui devra rapidement partir en quête de renouveau sous peine de voir son aura s’estomper. A noter que trois épisodes DS ont également vu le jour, mais la véritable expérience Guitar Hero s’apprécie pleinement sur consoles de salon. Une expérience à vivre au moins une fois, que l’on soit joueur ou non, et qui procure des sensations vraiment énormes par moments. Pour les joueurs réfractaires au rock et aux cheveux longs (et gras de surcroit), et plutôt enclins à une expérience toute autre, Activision a également publié le très bon DJ Hero récemment, qui fera lui aussi l’objet d’une suite dans quelques mois.
Advertisements

Ailleurs sur le web